Des peupliers génétiquement modifiés développés en Flandre

Des scientifiques de l’Institut flamand de Biotechnologie ont développé des arbres génétiquement modifiés qui libèrent plus facilement leurs sucres que le peuplier courant. Ces sucres sont utilisés pour la fabrication de bioéthanol et de bioplastiques, notamment. A terme, ils espèrent pouvoir obtenir des peupliers qui contiennent davantage de sucres et permettront de doubler la capacité de production du bioéthanol.

Les peupliers génétiquement modifiés cultivés par les scientifiques de l’Institut flamand de Biotechnologie contiennent une quantité inférieure de lignine. Cette substance organique est le constituant principal du bois qui imprègne les cellules, fibres et vaisseaux conducteurs, les rendant imperméables et rigides. Mais elle entrave aussi la libération des molécules de sucres contenues dans le bois.

L’expérience de terrain révèle que la répression de la production de lignine dans les peupliers est variable. Le degré de répression se manifeste par une coloration rouge du bois sous l’écorce. Les branches qui possède le plus de coloration rouge donnent une production d’éthanol majorée de 160%.

"L’expérience a révélé que nous pouvons améliorer le bois à un tel point que nous pouvons ensuite produire 160% d’éthanol en plus par gramme de bois", explique Wout Boerjan de l’Institut flamand de Biotechnologie (VIB). "Mais les arbres génétiquement modifiés grandissent moins rapidement. Nous avons une idée pourquoi cette croissance est moins rapide, et nous allons y travailler".

"A terme, nous pensons pouvoir fabriquer des arbres qui contiennent la même quantité, voire une quantité supérieure de sucres et qui permettent certainement de doubler la capacité de production d’éthanol", précise Boerjan.

Les analyses des expériences réalisées par le VIB sont effectuées à l’Université de Gand (Flandre orientale).

ERIC HERCHAFT