Déversement de déchets chimiques dans le port anversois

Pas moins de 8 semi-remorques de camions contenant des déchets chimiques provenant très probablement de la production de drogues de synthèse ont été jetés dans le port anversois l’an dernier. Les déchets proviennent de laboratoires illégaux. Leur enlèvement coûte près de 100.000 euros à la ville.

Le déversement de déchets chimiques, provenant vraisemblablement de la production de drogues de synthèse dans des laboratoires illégaux, est un phénomène qui prend de l’ampleur dans le port d’Anvers depuis 2011. L’an dernier, pas moins de 8 semi-remorques de camion contenant ces produits chimiques ont ainsi été retrouvés.

"Nous avons comptabilisé huit déversements pour un total d'environ 88 tonnes de déchets chimiques", a indiqué Stanny De Vlieger, directeur judiciaire de la police judiciaire fédérale d'Anvers. « Le nombre de laboratoires chimiques est en hausse, et donc aussi la quantité de déchets chimiques ».

Aucun laboratoire de drogue n'ayant été retrouvé dans l'arrondissement d'Anvers, la police suppose que cette forme de criminalité provient d’au-delà la frontière néerlandaise. « Les organisations criminelles ont beaucoup d’imagination. Dès qu’un produit est interdit, elles cherchent et trouvent de nouvelles substances pour fabriquer des drogues synthétiques », précise De Vlieger.

L’an dernier, la ville d’Anvers a dû débourser près de 100.000 euros pour repêcher et démanteler les chargements déversés.

Moins de cocaïne, mais plus d’autres drogues saisies

La quantité de cocaïne saisie par la douane au port d'Anvers a à nouveau atteint un niveau "normal" avec 4,7 tonnes, après un record absolu de 17,5 tonnes en 2012, a également indiqué vendredi la police judiciaire fédérale d'Anvers.

Les saisies d’autres drogues telles que le haschisch, la marijuana et l'héroïne ont, exceptionnellement, enregistré une (légère) hausse.

La police a estimé très inhabituelle la saisie d'une tonne d'héroïne l'an dernier, ces drogues provenant normalement d'Afghanistan, alors que le port d'Anvers étant principalement connu comme une plaque tournante pour les drogues d'Amérique du Sud (cocaïne).