Les Belges épargnent toujours, mais autrement

Malgré l’extrême faiblesse des taux, les Belges sont restés fidèles à leurs habitudes en 2013 et ont continué à épargner en masse. Plus de 11 milliards d’euros ont ainsi gonflé les livrets, mais la croissance est légèrement moindre qu’en 2012. La recherche d’autres voies pour faire fructifier son épargne gagne cependant du terrain, les clients optant davantage pour des assurances-vie ou épargnes-pensions.

Les comptes d'épargne restent plus populaires chez BNP Paribas Fortis, leader du marché, que d'autres investissements sûrs comme les bons de caisse ou les comptes à terme. Ces deux dernières formules ont en effet connu une hausse de leur précompte mobilier, alors que les intérêts des comptes d'épargne restent exempts de précompte jusqu'à 1.880 euros d'intérêts.

Au sein d'autres banques, on note toutefois que de nombreux clients ont cherché d'autres voies pour contrer la faiblesse des taux et ont notamment emprunté le chemin des assurances-vie (de branche 21 ou 23), des fonds d'investissement ou des épargnes-pensions.

En ce qui concerne les quatre principales banques, les comptes d'épargne ont gonflé de 8,2 milliards d'euros en 2013, contre une progression d'au moins 11 milliards d'euros en 2012. BNP Paribas Fortis dépasse ainsi, pour la première fois, le cap des 60 milliards d'euros, soit 2,92 milliards d'euros de plus en un an.

Le total des comptes d'épargne chez Belfius atteint 36,4 milliards d'euros, ce qui correspond à une forte hausse de 3 milliards d'euros ou 9%. La KBC n'a par contre enregistré qu'une progression de 200 millions d'euros, à 35,09 milliards d'euros. Enfin, 30,9 milliards d'euros étaient placés sur les comptes d'épargne ING, la quatrième des grandes banques, ce qui correspond à une hausse de 2,1 milliards d'euros par rapport à 2012.

Chez Argenta, les comptes d'épargne affichent un milliard de plus, à 19,886 milliards d'euros, pour 10,8 milliards à la Deutsche Bank (+300 millions). Quant à Crelan, né de la fusion du Crédit agricole Belgique avec Centea, il affiche une hausse de 314 millions, à 10,6 milliards d'euros.

Les plus petites banques, souvent des banques en ligne offrant des taux un peu plus alléchants, sont restées populaires en 2013, mais n'ont pas grappillé d'importantes parts de marché aux grandes banques. Ainsi, Rabobank.be a vu ses comptes d'épargne grossir d'1 milliard d'euros, à 8,13 milliards. Acteur relativement récent sur le marché, NIBC a attiré 400 millions d'euros de plus sur ses comptes d'épargne, à tout juste plus d'1 milliard d'euros.

Les banques installées en Belgique s’attendent à ce que la tendance d’épargner se poursuive cette année encore. La plupart d’entre elles partent également du principe que le plus de la crise économique et financière est passé et que l’économie européenne va lentement reprendre.

A2011