SNCB : supplément unique pour contrecarrer l’agression

Dès le second trimestre 2014, tous les voyageurs qui ont pris place dans un train de la SNCB sans avoir un titre de transport valable devront payer un supplément de 7 euros lors du passage du contrôleur. Cette simplification des tarifs vise aussi à réduire les cas d’agression envers des accompagnateurs. C’est ce qu’indique le quotidien Het Laatste Nieuws, qui cite une intervention du ministre des Entreprises publiques Jean-Pascal Labille (PS) en commission Infrastructure de la Chambre.

A l’heure actuelle, deux tarifs sont appliqués lorsqu’un voyageur n’est pas en possession d’un titre de transport valable dans un train de la SNCB. Soit 3 euros de supplément si ce voyageur prévient immédiatement le chef de train qu’il n’a pas de ticket, soit 12,5 euros s’il ne le fait pas.

Dès le second trimestre de cette année, le supplément sera unique et fixé à 7 euros. Que le voyageur sans titre de transport ait prévenu le chef de train avant de monter à bord, ou non.

L’idée de base des tarifs distincts était de pénaliser moins sévèrement le voyageur en tort qui a prévenu l’accompagnateur à l’avance. Mais ce système a donné lieu à de nombreuses discussions entre accompagnateurs et passagers mécontents, certains réagissant même avec agressivité voire violence verbale ou physique envers le personnel des chemins de fer.

Avant que le tarif unique soit introduit, des distributeurs automatiques de billets devront être installés dans toutes les gares. Parallèlement, la SNCB élargit les possibilités de paiement anticipé de billets, telles que les SMS.