Un infirmier belge de MSF enlevé en Syrie

L’organisation internationale Médecins sans Frontières a confirmé au ministère des Affaires Etrangères qu’un collaborateur belge a été enlevé jeudi soir au nord de la Syrie, où il travaillait, en même temps que quatre autres expatriés. Le parquet fédéral a été informé, et une première réunion de crise a été organisée à Bruxelles.

"Un infirmer belge aurait été enlevé en Syrie, où il travaillait dans le nord du pays pour MSF", a indiqué vendredi à l'agence Belga le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR), citant une information de l'organisation non gouvernementale.

Médecins sans Frontières avait demandé la confidentialité sur cette information, mais elle a finalement été rendue publique. Le ministre belge a été informé vendredi vers 17h30 à Beyrouth, où il se trouvait en mission (photo, à dr.).

"Nous avons mis les Affaires Etrangères à disposition, informé le Parquet fédéral conformément à la loi et averti le conseiller diplomatique du Premier ministre", a indiqué Didier Reynders. Une première réunion de crise a été organisée aux Affaires Etrangères à Bruxelles, ainsi que chez Médecins sans Frontières.

Selon les informations dont disposait le ministre, "il y aurait eu un incident avec un groupe, dont plusieurs expatriés et seuls ceux-ci ont finalement été retenus". Parmi les autres expatriés, il y aurait un Suisse, un Suédois, un Danois et un Péruvien qui pourrait lui aussi avoir un lien avec la Belgique.

Médecins sans Frontières possède 6 hôpitaux et 4 centres de santé dans le nord de la Syrie. Les collaborateurs de l’organisation y travaillent dans des conditions pénibles et dangereuses. Un chirurgien de MSF a ainsi été tué en septembre dernier dans le nord du pays en guerre civile.