Belgacom: Dominique Leroy succède à Didier Bellens

Sur proposition du ministre des Entreprises publiques, Jean-Pascal Labille, le gouvernement fédéral a approuvé ce jeudi la nomination de Dominique Leroy au poste d'administratrice déléguée de Belgacom. Elle devrait prendre ses fonctions d'ici quelques jours. Un consensus politique s'était fait jour mercredi autour de Dominique Leroy pour prendre les rênes de Belgacom. Le comité de rémunération de l'entreprise publique avait proposé le nom de l'actuelle responsable de la division consommateurs. Le Conseil d'administration l'a avalisé ce jeudi, avant que le comité ministériel ne l'approuve à son tour.

Officiellement, personne ne voulait confirmer l'information, alors que la succession de Didier Bellens a fait l'objet d'une discussion mercredi en comité restreint. Mais il existait bien un consensus sur le nom de Dominique Leroy, avaient confirmé diverses sources.

Selon les informations obtenues mercredi, Jean-Paul Philippot, qui était également retenu par le chasseur de tête de Russel Reynolds dans sa short list, aurait confirmé qu'il préférait poursuivre à la tête de la RTBF, pour un nouveau mandat. Le processus est d'ailleurs bien avancé et il ne fait plus aucun doute qu'il restera à la RTBF. Le nom d'un troisième candidat avait également été avancé par Russel Reynolds mais il ne tiendrait pas la corde.

Ce jeudi, le gouvernement fédéral a finalement approuvé la nomination de Dominique Leroy à la tête de Belgacom.  Pour une durée de 6 ans et un salaire de 500.000 euros. Ce dernier sera assorti d'une rémunération variable de maximum 30% de la rémunération fixe.

Le dossier aura donc finalement été ficelé plus rapidement que prévu. Dans la majorité, certains estiment que cette accélération permet au ministre des Entreprises publiques Jean-Pascal Labille (photo) de masquer les difficultés qu'il a eu à gérer le dossier de La Poste (qui pourrait atterrir la semaine prochaine).

Du côté socialiste, on a toujours indiqué n'avoir eu aucune difficulté à gérer le dossier de La Poste, Johnny Thijs ayant fait savoir qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat étant donné le resserrement de ses émoluments.

"La décision de nommer Dominique Leroy à la tête de Belgacom traduit le souci du gouvernement de garantir à Belgacom la stabilité, la sérénité et la compétence nécessaires à l'exercice de ses missions", a indiqué Jean-Pascal Labille. "Belgacom est une entreprise publique qui, précisément parce qu'elle est publique, se doit, plus que toute autre, de faire preuve d'une éthique et d'un sens de l'Etat irréprochable".