Michelle Martin autorisée à se rendre en Toscane

Le tribunal de l’application des peines (TAP) de Mons a accordé le 2 janvier dernier à l’ex-épouse de Marc Dutroux l’autorisation de se rendre pour 7 jours en Italie, dans un camp chrétien situé proche de la ville de Florence. L’information provient des quotidiens du groupe Sudpresse.

L’ancienne épouse du pédophile Marc Dutroux, condamnée en 2004 à 30 ans de prison, bénéficie depuis le 28 août 2012 d’une libération conditionnelle. Elle séjourne actuellement au couvent des Sœurs Clarisses de Malonne (photo), près de Namur. Mais ce couvent va fermer et les religieuses vont déménager vers Bruxelles. Elles ne souhaitent pas que Michelle Martin les y accompagne.

L’une des conditions de la libération conditionnelle de Martin étant qu’elle trouve un lieu d’hébergement, l’ancienne complice de Dutroux est donc à la recherche d’un nouveau lieu d’accueil, pour éviter de devoir retourner en prison. Elle a demandé à pouvoir se rendre une semaine en Italie, et le tribunal de l’application des peines de Mons lui en a accordé l’autorisation.

Michelle Martin souhaiterait nouer des contacts avec les responsables du couvent situé en Toscane, où elle désirerait s'installer. Le pasteur du couvent - une sorte de camp chrétien, où résident 80 personnes de différentes nationalités - a déclaré ne pas savoir exactement quand la ressortissante belge se rendra en Italie, mais avoir été informé de la permission accordée par le TAP.

Pour que Michelle Martin puisse s'installer ensuite définitivement en Italie, le TAP de Mons devra d'abord approuver un plan de reclassement crédible en Toscane et s'assurer de l'accord des autorités italiennes. Celles-ci devront alors assurer la surveillance sur place.