Technique belge révolutionnaire pour reformer l’os

Le Centre de thérapie tissulaire et cellulaire (CTTC) des Cliniques universitaires Saint Luc (UCL), à Bruxelles, a mis au point une technique révolutionnaire qui permet de reconstruire de l’os à partir de la graisse ou des cellules souches adipeuses du patient. L’information est rapportée par les quotidiens La Libre Belgique et Le Soir.
STEVE GSCHMEISSNER/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Les chercheurs belges sont parvenus à développer une technique qui consiste à reproduire une structure osseuse tridimensionnelle à partir des propres cellules souches adipeuses du malade.

Les chercheurs ont privilégié les cellules adipeuses plutôt qu'un prélèvement de moelle osseuse, car le prélèvement au niveau de la moelle est très invasif - au contraire du prélèvement de cellules adipeuses - et parce que la graisse contient 500 fois plus de cellules souches par gramme de tissu que la moelle. Les cellules graisseuses prolifèrent également plus vite, se différencient mieux et sont plus efficaces, selon les tests réalisés dans un modèle animal, explique le Pr Denis Dufrane, coordonnateur du CTTC.

Ces cellules souches sont cultivées et multipliées durant trois mois avant d'être réimplantées là où l'os du patient fait défaut. Cette technique constitue un espoir notamment pour les patients souffrant de non-consolidation osseuse spontanée.

A ce jour, ce "médicament", baptisé Creost, a permis en l'espace de quelques mois de reformer de l'os chez onze patients. Des phases cliniques, qui devront inclure 200 à 300 patients, suivront.