Un adolescent attaqué à Gand pour des écouteurs

L’écolier de 14 ans a été blessé mercredi, en plein jour à un arrêt de bus, par un groupe de jeunes qui voulaient lui voler son casque à écouteurs de valeur. La police gantoise recherche si des caméras de surveillance ont été témoin de cet incident. Elle prend les faits au sérieux.

L’incident s’est produit mercredi vers 13h30, mais n’a été rendu public que ce vendredi. L’adolescent de 14 ans était assis avec un ami dans un abribus dans le quartier Sud de Gand (photo principale), en train d’écouter de la musique, lorsqu’un groupe de jeunes l’a encerclé.

Les jeunes ont tenté d’arracher le casque à écouteurs de l’adolescent, mais ce dernier s’est défendu. Le chef du groupe a alors commencé à frapper le jeune de 14 ans, lui occasionnant notamment une commotion cérébrale.

Un bus est alors arrivé à l’arrêt, et l’écolier et son ami ont pu monter à bord. Selon la victime, le chauffeur du bus auquel il demandait d’appeler de l’aide aurait refusé de le faire, prétextant que l’incident ne s’était pas produit dans son bus.

La mère de l’adolescent a porté plainte à la société régionale de transports en commun De Lijn. Celle-ci a mené une enquête interne.

La police gantoise prend également l’affaire au sérieux. "Nous sommes en train de chercher si des caméras de surveillance ont filmé l’incident ou s’il y a des témoins", explique le porte-parole Manuel Gonzalez. "Nous prenons les faits au sérieux. La lutte contre le phénomène du steaming est reprise dans notre nouveau plan de sécurité zonal, mais on ne peut vraiment pas parler d’un phénomène courant à Gand", précise la police locale.

Le steaming consiste à encercler, puis menacer, humilier ou intimider une victime, pour la contraindre à donner de l'argent ou des biens.

C’est une forme de violence exercée, en général, par un groupe de personnes sur un individu. Tant les auteurs que les victimes sont la plupart du temps des jeunes, surtout des garçons.

De Lijn donne son interprétation des faits

La direction de la section de Flandre orientale de la société De Lijn a vivement regretté ce vendredi l'agression du jeune de 14 ans à un arrêt de ses bus et a tenu à rectifier certaines affirmations parues dans les médias. 

Selon De Lijn, le chauffeur du bus n'aurait pas été approché par la victime au moment où elle est montée à bord avec son ami, mais seulement quelques kilomètres plus tard. "L'un des adolescents a déclaré au chauffeur que son ami avait été attaqué pour lui voler ses écouteurs. Il voulait savoir si des images de caméras de surveillance pouvaient être demandées". 

Le chauffeur aurait demandé si le jeune avait été attaqué dans son bus, au quel cas il aurait pu appeler immédiatement des secours. Leur réponse étant négative, le chauffeur leur aurait alors conseillé de faire une déposition à la police.

Les deux jeunes seraient alors allés se rasseoir dans le bus. "Si le chauffeur avait été témoin des faits ou qu'il avait reçu une demande d'aide, il aurait immédiatement appelé du renfort", affirme encore De Lijn.