Davantage de bus en ville et moins dans les zones rurales ?

La société régionale flamande De Lijn a l’intention de renforcer son offre de transports en commun dans les villes mais veut la réduire par ailleurs dans les zones rurales, voilà ce qu’a déclaré le Directeur général de De Lijn, Roger Kesteloot dans le quotidien De Standaard.

"Le décret flamand sur la mobilité de base prévoit que tous les citoyens doivent bénéficier d’un arrêt de bus dans un périmètre de 750 mètres de leur domicile, mais devoir assurer pour cela des lignes régulières de bus partout, ce n’est plus tenable", a ajouté Roger Kesteloot (photo).
"Je pense que notre rôle doit être renforcé dans et entre les villes. Là, nous pouvons encore faire la différence et améliorer le cadre de vie des habitants des villes. C’est notre grande priorité. En ce qui concerne les zones rurales nous devons nous tenir au principe de la mobilité de base et nous devons rechercher des solutions créatives", a déclaré Roger Kesteloot sur les ondes de la VRT.

Dans les zones rurales, De Lijn devrait mettre en service des bus à la demande, voire des taxis. De Lijn demande aussi au prochain gouvernement de débloquer des fonds supplémentaires. Ainsi, la gratuité pour les séniors pourrait être remplacée par des tarifs sociaux pour les personnes à faibles revenus.