Marc Dutroux raconte "sa" vérité à Jean-Denis Lejeune

Le pédophile (photo principale) condamné en juin 2004 à la prison à perpétuité - pour l’enlèvement, le viol, la séquestration et le meurtre de plusieurs enfants et adolescentes et l’association de malfaiteurs, notamment - a envoyé une lettre de 44 pages au père de l’une de ses victimes, Julie Lejeune. Il y raconte "sa" version des faits. La missive ne contiendrait pas de nouvelles révélations.

Pierre Deutsch, l’avocat de Marc Dutroux, s’est dit étonné que la lettre écrite par son client ait pu parvenir à Jean-Denis Lejeune (photo, à g.), étant donné que tout le courrier des détenus est ouvert, à l’exception de celui des avocats et de leurs clients. Deutsch a affirmé à l’agence de presse Belga qu’il n’avait pas reçu la lettre et n’avait pas été informé de la démarche de son client.

Selon le journaliste Didier Haine, qui a pu se procurer le document de 44 pages écrit à la main par Dutroux, la lettre cite des noms et évoque certains faits encore inconnus. Par son récit, le pédophile tenterait de se déresponsabiliser et de se présenter comme un sauveur. Le journaliste évoque un « réassemblage d’éléments du dossier répressif ».

Marc Dutroux y reprend des questions soulevées autrefois par les parents des jeunes victimes, se les approprie et se présente comme quelqu'un qui cherche la vérité et qui éprouve des remords.

"La plupart des nouveaux témoins, qui se sont confiés à Dutroux, sont morts. Ils sont utilisés au bénéfice d'un récit qui le déresponsabilise", détaille pour sa part le journaliste Michel Bouffioulx, qui parle d'"un faux intellectuel" et d'"une lecture révisionniste de l'Affaire Dutroux".

AP2004

"Il veut continuer à nous blesser"

Jean Lambrecks (photo), le père d’Eefje - une adolescente assassinée par Dutroux - s’est montré furieux face à la lettre rédigée par le coupable.

"Marc Dutroux agit de la sorte avec tout le monde. Quand les choses se sont un peu calmées, il recommence. Il veut continuer à nous blesser, encore et encore", se fâche Jean Lambrecks.