Le C-130 belge actif en Centrafrique

L’avion de transport C-130 "Hercules" que la Belgique a mis à la disposition de la France pour son opération Sangaris de maintien de la paix en République de Centrafrique a effectué mardi sa première mission. Il s’agissait d’un vol aller-retour entre Libreville, la capitale du Gabon, et Bangui, la capitale centrafricaine.

L'appareil belge a transporté mardi un chargement composé de palettes de matériel, a précisé la porte-parole de l’armée, Ingrid Baeck. Il a été accueilli à son arrivée à l'aéroport de Bangui (photo) par le commandant de l'opération Sangaris en République centrafricaine, le général français Francisco Soriano.

L'envoi de ce C-130 avait été décidé en décembre dernier par le gouvernement belge, à la suite d'une demande française bilatérale portant spécifiquement sur une capacité de transport aérien.

L’appareil de transport est mis en œuvre au départ de Libreville, par une équipe de quelque 35 militaires, pour assurer des liaisons internes au théâtre d'opération africain, à la fois entre Libreville et Bangui et à l'intérieur de la République de Centrafrique. Il doit transporter du matériel français et africain de la mission de l'Union africaine en Centrafrique (Misca) entre les capitales concernées et Bangui.

L'envoi de cet appareil et l'offre faite à la France de quatre vols "stratégiques" de l'Airbus A330, utilisé par le ministère de la Défense, sont distincts de l'opération militaire européenne que les ministres des Affaires Etrangères des 28 pays de l’Union européenne ont décidé de lancer lundi.