Le déficit a été limité à 2,7% en 2013

La Belgique a clôturé l’année 2013 avec un déficit public supérieur au programme de stabilité (2,5%), mais inférieur à la limite des 3% imposée par la Commission européenne. La dette se situe juste en-dessous des 100% (99,7% exactement) du produit intérieur brut (PIB). Notre pays a ainsi tenu sa promesse à l’Europe, et espère ne plus être confronté à la procédure de surveillance stricte des instances européennes.

Selon le ministre fédéral du Budget, Olivier Chastel (MR), la Belgique compte à nouveau au nombre des meilleurs élèves de la classe européenne. Parmi nos pays voisins, seuls l’Allemagne et le Luxembourg affichent de meilleurs résultats budgétaires. Les Pays-Bas ont par contre clôturé 2013 avec un déficit budgétaire de 3,3%, et la France enregistre un déficit public de 4,1%.

En plus d’une réduction de son déficit, la Belgique a réalisé l’an dernier une très légère croissance de 0,2%. Globalement la situation budgétaire s'est améliorée, malgré le contexte économique difficile. La politique de rigueur s'est traduite en 2013 par un recul des dépenses primaires totales de 0,9% par rapport à 2012.

Les recettes fiscales ont par ailleurs tenu le cap par rapport à l’objectif fixé lors du conclave de septembre 2013, notamment grâce à la régularisation fiscale (813 millions au lieu de 488 millions d'euros) qui a permis de limiter la diminution observée dans l'enrôlement de l'impôt des personnes physiques (-0,6%) et de faire grimper les droits de succession (+26,5%). Le précompte mobilier est également en forte hausse (+29,1%) en raison de l'encaissement d'un important précompte sur dividende qui n'avait pas été distribué antérieurement.

Cette "discipline budgétaire", ainsi qu'une série de mesures prises durant le dernier trimestre, ont permis de ramener le ratio de la dette à 99,7%. Face à un tel taux d'endettement, "nous ne sommes pas nécessairement fiers, mais nous pouvons constater qu'un virage a été pris qui peut nous conduire à un avenir prometteur", a salué le ministre des Finances Koen Geens (CD&V).

Alors que la Belgique est toujours sous d'une procédure de la Commission en déficit excessif, le ministre du Budget Olivier Chastel a assuré que le gouvernement avait "rempli ses objectifs", le budget ayant été "sous contrôle tout au long de l'année". La Commission avait déjà suggéré en novembre dernier que la Belgique pourrait sortir de la procédure au printemps.

Le gouvernement flamand enregistre un léger excédent

Le gouvernement flamand a clôturé l’année 2013, comme prévu, avec un budget en équilibre. Il a même enregistré un excédent de 174,6 millions d’euros. Ce résultat positif - supérieur aux 5,5 millions d’euros qui avaient été escomptés - est surtout dû à des recettes accrues provenant des taxes régionales et à une sous-utilisation de fonds pour des dépenses prévues.

Les millions en surplus - qui représentent 0,6% du budget total - seront consacrés à la réduction de la dette publique flamande, celle-ci passant ainsi de 24 à 16% de produit intérieur brut.

Le ministre régional des Finances et du Budget, Philippe Muyters (N-VA, photo), s’est montré satisfait. « Pour la troisième fois d’affilée, nous sommes parvenus à réaliser un budget en équilibre. En présentant un budget sans fossés supplémentaires et avec une réduction de la dette, nous ne reportons pas de dépenses à demain ».