Le marché du jeu vidéo rétrécit en Belgique

L’an dernier, le marché total du jeu vidéo a réalisé un chiffre d’affaires de 213 millions d’euros en Belgique, soit 6,3% de moins qu’en 2012. La baisse concerne avant tout les jeux sur ordinateurs et consoles, alors que la popularité des jeux en ligne croît de plus de 51%.
Invision2013

Si l’on en croit un communiqué de BEA Interactive - la fédération qui représente les éditeurs de jeux vidéo en Belgique -, le marché du jeu vidéo a enregistré une baisse de 6,3% de son chiffre d’affaires l’an dernier par rapport à 2012. C’est avant tout le secteur des jeux sur consoles ou ordinateurs qui est touché par un certain désintérêt, alors que les jeux en ligne connaissent une croissance de 51,7%.

Le segment des jeux pour ordinateurs a ainsi diminué de 29,2% l'an dernier et celui des jeux pour console de 12,9%, avec un total de 4,8 millions de jeux achetés l'an dernier - contre 5,9 millions en 2012.

"Cette diminution s'explique de deux façons: premièrement, le Belge achète et joue de plus en plus en ligne et via des applications sur mobiles ou tablettes. Deuxièmement, l'achat de nouveaux jeux a été retardé dans l'attente des sorties des nouvelles consoles PlayStation 4 et XboX One", explique la fédération BEA Interactive.

Les jeux console représentent pourtant encore toujours le segment le plus important, avec presque 72% de parts de marché. Mais ce sont les jeux en ligne qui affichent les meilleurs résultats, avec une croissance de plus de 51% pour un revenu de 44 millions d'euros - contre 29 millions en 2012.

La part de marché du segment digital passe ainsi de 13% à plus de 20% du marché total en Belgique.

La fédération des éditeurs de jeux vidéo rappelle l’existence du système de classification “Pan European Game Information” (PEGI), reconnu au niveau européen. Ce dernier informe les amateurs de jeux vidéo et les parents sur le contenu d’un jeu et la tranche d’âge à laquelle il est destiné. BEA Interactive plaide pour la reconnaissance et la promotion de ce système par les autorités belges compétentes.