"L’Eglise doit réformer ses opinions morales"

Une grande majorité des Flamands catholiques estime que l’Eglise doit profondément revoir ses points de vue sur la société, notamment sur les divorces, le concubinage ou l’homosexualité. C’est ce qui ressort d’une étude menée par l’Université catholique de Louvain (KUL).

De 75 à 85% des pratiquants estiment que l’Eglise doit être beaucoup plus ouverte d’esprit sur certains thèmes. C’est l’un des résultats de l’étude publiée ce mercredi dans l’hebdomadaire Tertio. Cela concerne notamment le point de vue ecclésiastique sur la contraception, le divorce, le remariage, l’homosexualité et le mariage entre deux personnes du même sexe.

"L'étude confirme que celui qui est resté fidèle à l’Eglise pense en fait de la même façon que le Flamand moyen", relève Geert Kerpel, rédacteur en chef du magazine catholique. Selon ce dernier, il faut toutefois souligner la nuance entre le fait de parler de ces sujets et effectivement y amener un changement. "Certains points de vue ne changeront jamais. L’indissolubilité du mariage par exemple est une tradition vieille de 2000 ans".

L’enquête démontre que la plupart des Flamands catholiques rêvent que l’Eglise accepte tout le monde. Ils espèrent que l’autorité ecclésiastique changera son opinion sur un série de thèmes liés à la famille. Nombre d’entre eux admettent d’ailleurs avoir déjà apporté ces modifications dans leur pratique paroissiale.

D’après les résultats du sondage, une grande partie des personnes ayant répondu aux questions souhaite que l’Eglise soit plus compréhensive envers les relations homosexuelles. L’acceptation du mariage entre deux personnes du même sexe demeure toutefois inacceptable.