La VRT revoit son offre de nouvelles internationales

La VRT va élargir son offre de nouvelles internationales. Dès 2015, le service public flamand entend supprimer ses bureaux de correspondants permanents à Pékin et Washington pour les remplacer par des reporters temporaires qui couvriront l'actualité aux quatre coins du monde.
Lies Willaert

"Nous voulons relayer l'actualité internationale de manière plus souple et pouvoir envoyer des reporters à plus long terme sur les lieux de l'actualité à travers le monde", indique la VRT dans un communiqué.

Concrètement, les journalistes qui couvriront l'actualité internationale sur le terrain y resteront plus longtemps: quelques semaines, voire quelques mois afin de relater l'actualité chaude non seulement en ligne, en radio et en télévision, mais également pour mettre les informations en perspective en réalisant des reportages plus thématiques et en diversifiant les contenus.

Cette année la VRT va ainsi envoyer des journalistes au Brésil pendant un mois pour effectuer des reportages sur les à-côtés de la Coupe du monde de football.

"L'objectif est d'enrichir et de diversifier notre offre de nouvelles internationales. Nous porterons également davantage d'attention aux régions du monde jusqu'ici moins couvertes comme l'Amérique latine et l'Europe du Nord", précise le rédacteur en chef général de VRT Nieuws, Luc Rademakers.

Le budget prévu pour le service de l'information internationale a donc été "revu et réorienté" en conséquence.  Les bureaux permanents de Pékin et Washington seront supprimés après 2014.

"L'argent que nous récupérerons de cette manière servira à financer les voyages, le séjour plus long et les reportages d'actualité et thématiques des correspondants sur le terrain", a souligné Luc Rademakers, qui affirme que la VRT continuera toutefois "à mettre l'accent sur l'Asie et les Etats-Unis, qui restent facilement accessibles par avion".