Chaque année, des centaines de médicaments en pénurie

En raison de problèmes de production ou d’approvisionnement, des centaines de médicaments ne sont plus disponibles pour les patients belges. L’an dernier, la santé publique a ainsi été mise 14 fois en danger par cette pénurie, indique l’Agence fédérale des Médicaments et des Produits de santé (AFMPS). L’information est rapportée ce vendredi par les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad.

L'an dernier, les entreprises pharmaceutiques ont signalé à 496 reprises qu'un de leurs médicaments n'était plus disponible ou était temporairement en rupture de stock. En 2012 - la première année de mise en place de ce système d'alerte -, l'Agence fédérale des Médicaments et des Produits de santé (AFMPS) avait déjà comptabilisé 533 notifications.

L'approvisionnement d’environ 150 médicaments est d'ailleurs considéré comme problématique à l’heure actuelle. Dans certains cas, il s’agit de remèdes très spécifiques ou qui sauvent une vie, et pour lesquels il n’existe pas de médicaments alternatif. C’est ainsi que la santé publique a été mise en danger à 14 reprises en 2013, précise l’Agence.

"Généralement, il existe des solutions de rechange ou alors le stock est suffisant dans les pharmacies. Mais, environ quinze fois par an, nous faisons face à un important problème de santé publique car un médicament n'est plus disponible. Il s'agit en général de médicaments contre le cancer et les infections."

"C'est une activité lucrative", indique Jan Depoorter de la Fédération nationale des pharmaciens d'officine indépendants APB. "En Belgique, la vente de médicaments rapporte moins que dans d'autres pays, et ils sont donc envoyés là où on les vend plus cher." D’où l’apparition de pénuries qui affectent les patients belges.