"Réexaminer les relations avec la Suisse"

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR), s’est déclaré déçu par le résultat du référendum en Suisse rétablissant des quotas à l'immigration. "Il est parfaitement possible de bien gérer l'immigration tout en respectant la libre circulation, comme le montre Maggie De Block en Belgique", a-t-il assuré à son arrivée à une réunion européenne.

Selon Didier Reynders, la Suisse bénéficie actuellement d'un "certain nombre d'accords favorables" avec l'Union européenne. Une restriction de la libre circulation ne pourra dès lors avoir que "des conséquences défavorables" pour la Confédération, a-t-il dit. "La liberté de circulation est un principe essentiel", a poursuivi le ministre.
Les Européens attendent maintenant de voir les mesures de mise en œuvre du vote. Ils se concerteront sur les suites à donner sur base d'une évaluation de la Commission, a encore indiqué Didier Reynders.

De nombreux responsables européens, du ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, au ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, ont fait part de leur consternation.
Les électeurs suisses ont dit "oui" dimanche, à une courte majorité de 50,3%, à une limitation de l'immigration européenne. Le texte approuvé prévoit le rétablissement de quotas pour les étrangers, les frontaliers et les demandeurs d'asile en fonction des besoins et des possibilités du pays. Il n'est pas conforme à l'accord bilatéral de libre-circulation conclu avec l'Union européenne.