Des entrepreneurs rassemblent des fonds pour la recherche

Sept entrepreneurs nantis ont déjà rassemblé 4 millions d’euros pour financer la recherche sur le cerveau à l’Université Catholique de Louvain (Brabant flamand). Ils espèrent pouvoir atteindre un montant total de 10 millions d’euros, pour soutenir en particulier la recherche sur l’autisme, la maladie d’Alzheimer et la sclérose latérale amyotrophique (SLA). L’information est rapportée par le quotidien De Tijd.

Le projet, baptisé "Opening the future", est dirigé par Urbain Vandeurzen (photo), le président de la société d’investissement européenne Gimv, qui possède des bureaux en Belgique, France, Allemagne et aux Pays-Bas.

Dans le conseil d’administration de cette société, il y a encore 6 autres entrepreneurs qui ont chacun offert entre 100.000 et 1 millions d’euros au bénéfice de la recherche à la KU Leuven. Ils sont tous des anciens étudiants ou des sympathisants de l’université louvaniste, qui ont fait carrière dans le monde des affaires. Leur initiative s’inspire des récoltes de fonds pratiquées dans des universités de pointe anglo-saxonnes.

Les sept mécènes ne s’en tiennent pas à des dons. Ils ont sollicité d’autres familles nanties et anciens de la KU Leuven fortunés. L’argent ainsi récolté sera donné pour la recherche à l’université de Louvain sur le cerveau, plus particulièrement sur l’autisme, la maladie d’Alzheimer et la sclérose latérale amyotrophique (aussi appelée maladie de Charcot). Cette dernière affecte l’adulte et est caractérisée par une dégénérescence progressive des motoneurones du cortex cérébral. Elle provoque une paralysie progressive, qui affecte notamment les muscles respiratoires.

Selon l’European Brain Council (EBC), une organisation qui rassemble des spécialistes du cerveau et des groupes de patients, un Européen sur trois est touché pendant sa vie par une affection du cerveau.