Le réacteur Doel 1 brièvement à l’arrêt

Une perturbation technique dans le système des barres de contrôle est à l’origine de la panne du réacteur nucléaire de la centrale en province anversoise. La procédure automatique d’urgence a été activée de façon inattendue, jeudi soir. Ce qui a risqué de provoquer une pénurie d’électricité sur le réseau à haute tension. Le réacteur a été relancé ce vendredi matin.

L’exploitant Electrabel et le gestionnaire du réseau de transport d’électricité Elia ont indiqué que le réacteur nucléaire Doel 1 a été relancé ce vendredi matin, après la mise à l’arrêt inattendue de jeudi soir. Le réacteur ne tournait pas encore à pleine capacité ce matin, "mais il devrait reprendre toute sa puissance à la mi-journée", a indiqué la porte-parole de la centrale, Ann Becquaert.

Des tests ont été effectués jeudi soir et pendant la nuit, afin de s'assurer que le réacteur puisse redémarrer ce vendredi en toute sécurité. La panne - provoquée par une perturbation technique dans le système des barres de contrôle - n'a engendré aucun danger pour les travailleurs présents sur le site, a précisé Becquaert.

Selon la porte-parole d'Elia, "La panne n'a pas provoqué de situation exceptionnelle sur le réseau, étant donné que Doel 1 est l'une des plus petites installations nucléaires". Plusieurs réserves ont été activées dans d’autres sites nucléaires. La panne a cependant coïncidé avec une production plus restreinte que prévu d’énergie éolienne et d’énergie renouvelable.

Les réacteurs nucléaires Doel 1 (433 megawatt), Doel 2 (433 MW) et Tihange 1 (962 MW) sont les plus anciens du pays, leur exploitation ayant débuté en 1975. Le nouveau calendrier fixé par le gouvernement fédéral prévoit la fermeture de Doel 1 et 2 en 2015, et celle de Tihange 1 en 2025.