Les droits audiovisuels de la D1 en mains italiennes

Les clubs de la Pro League de football ont désigné jeudi soir la société MP & Silva comme conseiller dans la vente des droits télévisés jusqu’en 2020. Quinze des 16 clubs de division 1 ont accepté la proposition de la société italienne, active dans plusieurs sports et au niveau international, rejetant ainsi une joint-venture avec Telenet. Seul le Standard de Liège s’opposait à la proposition de MP & Silva.
© PHOTONEWS / NICO VEREECKEN & PETER DE VOECHT

L’assemblée générale des clubs de la Pro League, qui a duré pas moins de sept heures, a entériné la décision - sous réserve du paiement de la première tranche (soit 5.000.000 d'euros dans les 5 jours ouvrables après la signature du contrat) - de se diriger vers la proposition de la société italienne MP & Silva. Cette dernière jouera un rôle de conseiller lors du lancement du cahier des charges et garantira à la Pro League un montant minimum.

Selon certaines sources, il s’agirait de 70 millions d’euros par an. Peter Hutton, le vice-CEO de l’entreprise italienne a pour sa part déclaré : "Nous sommes vraiment impressionnés par le professionnalisme de la D1 belge"

La Pro League restera ainsi à tout moment propriétaire de ses images footballistiques. "Cette collaboration cadre parfaitement avec notre stratégie", a déclaré Michel Dupont, président de la Pro League. "Nous voulons grandir à tous les niveaux et élargir notre rayonnement international. Ce partenariat va donc également renforcer notre stratégie."

Telenet et Belgacom ne sont donc pas mis hors course, puisqu'il leur sera toujours possible de lancer par la suite une offre pour les différents lots, comme c'était déjà le cas auparavant. Reste à voir si Telenet, donc le projet de joint-venture a été contrecarré, voudra collaborer avec MP & Silva.

L’entreprise italienne possède notamment les droits télévisés de la Premier League anglaise, de la Primera Division espagnole, de la Bundesliga allemande, de la Ligue 1 française, de la Serie A italienne et du Mondial 2014, sans parler des autres sports (Roland Garros, la NBA, notamment). La Pro League espère donc vendre ses images à l'étranger grâce à son nouveau partenaire.