Paul Dujardin reste à la barre du Bozar

Sur proposition de la ministre chargée des Institutions culturelles fédérales, Laurette Onkelinx, le conseil des ministres a reconduit tout récemment le mandat du directeur général du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, pour une troisième période de 6 ans, et dès le 1er janvier 2014. L’historien de l’art bruxellois Paul Dujardin (50 ans, photo) a été nommé administrateur délégué et directeur artistique du Bozar en 2002.

La nomination de l’historien d’art bruxellois de 50 ans a fait suite à un appel à candidature en octobre 2013 et à un compte rendu d’un jury international, composé de Henri Loyrette (ancien directeur du Louvre), Martijn Sanders (président du Holland Festival), Laurent Busine (directeur du Mac’s au Grand Hornu) et Catherine De Zegher (directrice du Musée des Beaux-Arts de Gand). Paul Dujardin a été reconduit pour un troisième mandat de 6 ans à la direction du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.

"Le travail entamé en 2002 est loin d’être achevé. La décision de faire du Palais un projet transversal a entraîné une véritable révolution : la définition d’un projet culturel commun sous le label Bozar, l’élaboration d’un réseau de partenaires, la restauration et la rénovation du bâtiment… Le défi pour les six prochaines années ? Consolider le projet développé et en pérenniser la qualité dans le contexte économique actuel. Je suis ravi de mettre mon expertise au service de cette mission, en concertation avec toute l’équipe de Bozar et ses divers partenaires », s’est réjoui Dujardin (photo).

Pendant ce troisième mandat, il sera épaulé par Jérémie Leroy, qui a été nommé directeur financier pour une période de six ans aussi.

Le Palais des Beaux-Arts est une maison culturelle fédérale, qui offre une plate-forme à la dynamique culturelle des communautés et régions de Belgique. Bozar place l’art des communautés sous une perspective internationale grâce à d’importantes coproductions - comme la rétrospective Michaël Borremans et Rubens and his Legacy cette année - et grâce à une collaboration étroite avec La Monnaie, l’Orchestre national de Belgique, des festivals de musique et toute une série d’ensembles et orchestres, et un réseau très étendu pour le cinéma.

Dans les années à venir, le Bozar souhaite renforcer sa position en tant que plate-forme européenne de la culture dans la métropole bruxelloise. Une attention particulière sera portée au patrimoine culturel européen, aux frontières de l’Europe et à la relation avec l’Afrique, souligne Dujardin.

Le large éventail de disciplines artistiques, d’époques, de genres et de styles réunis sous un même toit reste unique. Grâce à ce champ d’action élargi, Bozar touche un public varié. Plus d’un million de visiteurs se rendent en effet chaque année au Palais des Beaux-Arts.