Bruxelles interdit la "campagne des illégaux" du Vlaams Belang

Le bourgmestre de Bruxelles-Ville, Yvan Mayeur (PS), refuse d’autoriser mardi et mercredi le passage de la nouvelle "campagne des illégaux" du parti d’extrême-droite Vlaams Belang dans la capitale. Il y voit une infraction à la loi contre le racisme. Le Vlaams Belang se défend.

La "campagne des illégaux" du parti flamand d’extrême-droite Vlaams Belang passera ces deux prochaines semaines - sur le flanc de camionnettes - à travers les rues d’Anvers, Malines, Vilvorde et Gand. Le parti espérait pouvoir aussi passer par la capitale, mais le bourgmestre de Bruxelles-Ville, Yvan Mayeur (PS), n’autorise pas le passage de la campagne.

En cause, le slogan qui figure sur les affiches : « Illégal ? Rentre dans ton pays ou va en prison ! ». Ce message est accompagné de deux numéros de téléphone - l'un du cabinet de la Secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration Maggie De Block (Open VLD), et l'autre du service de Fedasil qui est chargé des informations sur les retours volontaires.

Yvan Mayeur (photo) estime que la "campagne" menée à l'aide de trois véhicules revêt un caractère xénophobe et constitue un risque de trouble à l'ordre public. Selon le bourgmestre, le slogan constitue une infraction à la loi contre le racisme.

Enfin, la référence au cabinet de la Secrétaire d'Etat Maggie De Block constitue aussi une manière de susciter une inquiétude pouvant donner lieu à des manifestations hostiles devant les portes du cabinet ministériel. "La Ville prendra donc toutes les mesures pour que l'interdiction soit respectée", a encore affirmé le bourgmestre.

"Mayeur ne peut interdire la campagne"

Le parti d’extrême-droite flamand s’inspire d’une campagne similaire menée par le gouvernement conservateur de David Cameron l’été dernier au Royaume-Uni (photo). Filip Dewinter, l’une des figures de proue du Vlaams Belang, a déjà réagi à l’interdiction prononcée par la Ville de Bruxelles.

"Une interdiction communiquée dans les médias n’est pas suffisante. Nous allons faire étudier la décision du point de vue juridique lorsqu’elle nous sera communiquée". Il estime qu’une interdiction sur base de la loi anti-racisme n’est pas possible "parce que nous n’avons pas été condamnés pour cette campagne".

Dewinter accuse Yvan Mayeur de "pratiquer une propagande électorale à l’attention des électeurs allochtones". Le Vlaams Belang n’aurait à priori pas l’intention d’annuler le passage de sa campagne à travers Bruxelles. "Nous accusons les autorités de ne pas en faire suffisamment pour traquer les illégaux, les enfermer et les rapatrier", déclare Filip Dewinter.