Cornu : "Il ne faut pas confondre des pommes et des poires"

Jo Cornu, l’administrateur délégué de la SNCB, a réagi aux informations parues ce mardi dans plusieurs journaux et qui révélaient une partie du plan de transport de la SNCB. Il rappelle que le plan de transport 2014 est conçu pour mieux répondre à la demande actuelle, qui a augmenté de 140 à 223 millions de voyageurs entre 1998 et 2012.

Le quotidien Het Nieuwsblad publie dans son édition de ce mardi un aperçu des nouveaux horaires qui entreront en service en décembre. Sur certains trajets, la durée pourra être rallongée de deux à dix minutes. Sur la ligne Bruxelles-Central – La Panne, la durée du trajet sera même rallongée de 30 minutes.

Selon l’administrateur délégué de la SNCB Jo Cornu (photo), le journal compare des pommes avec des poires. Les trains qui circuleront aux heures de pointe effectueront le trajet plus rapidement. Dans les heures creuses par contre la durée du trajet sera plus longue.
Les informations parues dans la presse sur de fortes augmentations de la durée des trajets ne sont pas conformes à la réalité, mis à part la ligne La Panne-Bruxelles central qui suivra un autre trajet.

La SNCB fait savoir par ailleurs que la ponctualité des trains s’est améliorée en janvier dernier. Nuance importante, il faut savoir que les chiffres de la ponctualité sont comparés entre ceux de janvier 2014 et janvier 2013, or l’an dernier la circulation des trains avait beaucoup souffert des chutes de neige.

Dès la semaine prochaine, la SNCB convoquera une série de réunions d’information dans chaque province afin d’expliquer les caractéristiques locales du nouveau plan de transport.

Les trains IR ne seront pas supprimés

"Je suis étonné des messages lus dans la presse car à aucun moment il n'a été question de supprimer les trains IR mais bien de maintenir cette desserte utile pour les petites gares. Nous avons simplement modifié le nom de ces trains", explique le patron de la SNCB, Jo Cornu.

La SNCB rappelle que le plan de transport 2014 est conçu pour mieux répondre à la demande actuelle, qui a augmenté de 140 à 223 millions de voyageurs entre 1998 et 2012, et faire face à la croissance à venir tout en maintenant un nombre de "trains kilomètres" (ndlr: distance parcourue annuellement par tous les trains sur l'ensemble du réseau) stable malgré une diminution de la dotation.

La société de chemins de fer ajoute qu'elle a pris en compte la réalité de terrain pour établir les horaires. Ce qui se traduit par une hausse moyenne des temps de trajet de 3,3%. Cela s'explique principalement par les travaux d'infrastructure d'Infrabel sur le réseau ferroviaire qui ont presque doublé et nécessitent donc une réduction de la vitesse à plusieurs endroits sur le réseau.

"Quelques jours après avoir personnellement assisté à la commémoration de la catastrophe de Buizingen, je tiens à rappeler que la SNCB et Infrabel ont pris des mesures pour augmenter significativement le niveau de sécurité, ce qui a aussi un impact sur les temps de parcours", conclut Jo Cornu.