Les camions poubelles disparaitront à Anvers

D’ici 10 ans, quelque 80% des ordures ménagères ne seront pas ramassées aux domiciles des particuliers par des bennes à ordures, mais les habitants iront déposer eux-mêmes leurs sacs dans des centres de tri. L’administration anversoise vient de prendre une décision à ce sujet, indique le quotidien Gazet van Antwerpen.

Dans le quartier de Dam et sur la rive gauche de l’Escaut, un projet pilote sera déjà lancé en 2015. L’échevin anversois Philip Heylen (CD&V), responsable de l’entretien de la ville et des quartiers, veut ensuite étendre le nouveau système à un quartier dans un district et un autre quartier à l’intérieur de la métropole.

« Rapidement, des milliers de familles seront ainsi concernées », indique l’échevin anversois (photo). « A la suite de la première extension du projet pilote, jusqu’à 30% des déchets ménagers seront déjà traités dans les centres de tri. Si l’évaluation est bonne, nous allons étendre le projet au reste d’Anvers ».

Quelque 90% des citoyens de la métropole habiteront ainsi, à terme, à 150 mètres maximum d’un centre de tri. Pour mener à bien ce projet, il faudra aménager environ 230 centres de tri supplémentaires. Un investissement qui se chiffre à 22 millions d’euros.

Dans le centre historique d’Anvers, la collecte traditionnelle des déchets restera cependant nécessaire. « Il n’y a en effet pas de place pour y installer des centres de tri avec des conteneurs souterrains », explique Philip Heylen. « Dans les zones qui sont peu habitées, la collecte de déchets restera aussi traditionnelle, parce que les distances à parcourir pour aller à un centre de tri seraient trop grandes ».

Heylen estime que le nouveau système ne sera pas un problème pour les personnes âgées moins valides. « Actuellement déjà, elles demandent souvent de l’aide à un voisin pour sortir les poubelles. Les centres de tri seront en outre plus proches du domicile qu’un supermarché ou une banque », conclut l’échevin anversois.