Moins de tués sur les routes belges en 2013

L’an dernier, le nombre de personnes qui ont succombé sur place à la suite d’un accident de la route a diminué de 6,5% par rapport à 2012. C’est ce qu’indique le baromètre de la sécurité routière, présenté ce jeudi par l’Institut belge pour la sécurité routière (IBSR) et le Secrétaire d’Etat à la Mobilité, Melchior Wathelet.

Entre 2012 et 2013, le nombre de tués "sur place" est passé de 672 à 628 (-6,5%) sur nos routes. Le nombre de blessés a également baissé, passant de 56.451 à 53.184 (-5,8%). Le baromètre de la sécurité a par ailleurs recensé 41.471 accidents corporels l'an dernier, contre 44.359 en 2012, soit une baisse de 6,5%. Tous les indicateurs affichent une valeur minimale record, souligne l'Institut belge pour la Sécurité routière.

Pour obtenir le nombre définitif de tués sur les routes, il faut cependant ajouter au nombre de tués sur place les personnes décédées de leurs blessures dans les 30 jours suivant l'accident. Selon les estimations de l'IBSR, ce nombre devrait atteindre environ 720 pour 2013, contre 767 en 2012. La Belgique s'est fixé comme objectif de ne pas dépasser 630 tués "30 jours" en 2015, et 420 en 2020.

La baisse du nombre de tués est plus importante en ce qui concerne les accidents avec des poids lourds (-23 morts), mais les statistiques augmentent pour les accidents impliquant des motocyclistes (+7) et des camionnettes (+4). Les accidents corporels impliquant de jeunes conducteurs (âgés de 18-24 ans) continuent par ailleurs de baisser, depuis l'introduction du baromètre de la sécurité routière en 2004. Ils ont diminué de 11,9% par rapport à 2012.

"Malheureusement, par rapport aux Pays-Bas par exemple, le nombre de tués par 100.000 habitants reste deux fois plus élevé dans notre pays", a déploré le Secrétaire d'Etat Melchior Wathelet (photo). "Nous devons donc poursuivre nos efforts pour faire baisser ces chiffres et atteindre les objectifs fixés."