Le parquet demande l’arrestation d’un chauffeur de taxi

Le parquet de Bruxelles a requis ce vendredi un mandat d’arrêt à l’encontre d’un homme qui s’est rendu jeudi, dans le cadre de l’enquête sur des viols commis par de faux taximen dans le quartier du Bois de la Cambre. L’homme nie toute implication dans les viols, mais a donné des déclarations contradictoires.

Il y a une semaine environ, le parquet de Bruxelles indiquait que, depuis 2011, il existe 29 dossiers portés à la connaissance des différentes zones de police de Bruxelles dans lesquels de faux chauffeurs de taxi sont vraisemblablement impliqués. La majorité de ces dossiers ont été centralisés auprès de la section mœurs de la police locale de Bruxelles Capitale-Ixelles.

Ces faux taximen se seraient rendus coupables d’agression sexuelle ou du viol de 29 jeunes femmes, dans les environs du Bois de la Cambre. Ces hommes - vraisemblablement trois ou quatre individus différents, selon le parquet - avaient chaque fois embarqué leur victime au centre de Bruxelles.

Ce jeudi, un homme s'est rendu spontanément au parquet de Bruxelles, à la suite de la diffusion d’images de vidéosurveillance dans les médias d'un suspect potentiel des faits de viol commis. Il a été auditionné par les enquêteurs de la section mœurs de la police locale de Bruxelles Capitale-Ixelles.

Il a déclaré ne pas se reconnaître lui-même sur les images de surveillance, mais avoir été reconnu par d’anciens collègues qui pensaient qu'il s'agissait bien de lui. Il a nié toute implication dans les faits, mais a donné des déclarations contradictoires. Le parquet a demandé son arrestation.