St-Trond vallée de culture fruitière et de drones

En collaboration, notamment, avec la Société de reconversion du Limbourg (LRM), la Société provinciale de développement pour le Limbourg (POM) et le Plan d’action stratégique pour créer de l’emploi dans le Limbourg (SALK), la ville de Saint-Trond se prépare à développer des projets de haute technologie dans les secteurs fruitier et de l’aéronautique. Ainsi, des drones pourront être utilisés pour combattre les parasites.

Depuis un an environ, la ville de Saint-Trond - située au centre de la région de la culture fruitière de Flandre - prépare un projet de grande envergure, basé sur ses atouts locaux dans le domaine de l’agriculture et de l’aviation, pour devenir la première "Vallée fruitière et des drones" en Flandre.

Elle travaille pour ce faire en collaboration avec la Société de reconversion du Limbourg (née à la suite de la fermeture des mines de charbon de la province), avec la Société provinciale de développement du Limbourg et le Centre d’encadrement du secteur fruitier (ProefCentrum Fruit), qui possède les connaissances nécessaires en matière de criée aux fruits.

Ce projet bénéficie d’un subside d’un million d’euros alloué l’été dernier dans le cadre du Plan d’action stratégique pour le Limbourg (SALK), avec pour mission de créer de nouveaux emplois dans la province (touchée surtout par la fermeture imminente de l’usine Ford à Genk), notamment dans des industries novatrices.

Parmi ces industries, il y a celles des drones. Ce second volet de développement un peu inattendu s’explique par l’existence du centre industriel de Brustem, qui comprend un ancien aéroport militaire avec une piste d’atterrissage d’un kilomètre de long. D’où l’existence sur place de connaissances dans le domaine de l’aéronautique.

« A Brustem, nous voulons développer une zone d’entreprises thématiques de 15 hectares dédié au secteur fruitier », indiquait la bourgmestre Veerle Heeren (photo) de Saint-Trond au site Limburgnieuws.be. « Nous prévoyons aussi la construction d’un incubateur pour de jeunes entreprises, y compris celles proposant des services, qui développent des applications utiles à ce secteur. Parmi ces entreprises, il y a celles qui développent des petits appareils aériens télécommandés, appelés drones ».

Pareils drones seront à terme utilisés dans le secteur de la fruiticulture, notamment pour détecter des maladies ou parasites sur les arbres et les combattre.

Sur les 13 hectares restants de la zone d’entreprises de Brustem, on attirera des entreprises qui possèdent un lien industriel avec l’aéronautique. Saint-Trond espère obtenir au plus vite le feu vert pour son Plan d’exécution provincial pour mener à bien les deux projets dans les domaines de la culture fruitière et de l’aéronautique. Selon la bourgmestre Heeren, quelque 225 nouveaux emplois pourraient être créés dans ce cadre.