Verhofstadt sur le podium place Maïdan

Le chef du groupe libéral au Parlement européen, Guy Verhofstadt, s’est rendu à Kiev accompagné d’une délégation de soutien aux manifestants ukrainiens d’Euromaïdan. L’ancien Premier ministre belge s’est adressé à la foule qui l’a remercié par une salve d’applaudissements.

L’eurodéputé s’est adressé aux milliers de manifestants rassemblés sur la place de l’Indépendance. "Vous ne devez pas remercier l'Europe, c'est elle qui doit vous remercier, car c'est vous qui défendez en ce moment les valeurs européennes", a-t-il déclaré en substance.

Guy Verhofstadt s’est rendu hier à Kiev accompagné par les députés européens Hans Van Baalen et Marielle de Sarnez. Les trois libéraux ont rencontré les principaux leaders de l’opposition ukrainienne. "Il est important de montrer notre solidarité avec ceux qui protestent pour protéger leurs droits démocratiques. C'est pourquoi j'ai décidé de voyager à Kiev. Ils ne sont pas des terroristes ou des violents révolutionnaires. Ils sont juste des citoyens ordinaires qui voulaient que leur voix soit entendue et ne méritaient pas une telle brutalité en retour", a commenté M. Verhofstadt.

Le leader des libéraux au Parlement européen s’est montré satisfait des sanctions imposées par l'UE à des responsables ukrainiens. "Cette décision aurait déjà dû être prise il y a des semaines ou des mois. La question est maintenant de savoir si les soutiens de Ianoukovitch contre qui les sanctions sont dirigées vont s'éloigner du président", a-t-il indiqué.

Des sanctions ciblées

L'Union européenne a décidé d'imposer des sanctions "ciblées" contre des responsables des violences sanglantes en Ukraine, ont annoncé jeudi plusieurs ministres des Affaires étrangères à l'issue d'une réunion extraordinaire à Bruxelles.

Ces sanctions concerneront la délivrance de visas - et donc la possibilité de se rendre dans des pays de l'UE - ainsi qu'un gel des avoirs et la suspension des livraisons d'"équipements pouvant servir à la répression", a précisé le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders.

"La liste des personnes qui seront sanctionnées doit être suffisamment large pour garantir l'efficacité de ces mesures", a estimé M. Verhofstadt.