250.000 Flamands ne peuvent être secourus d’urgence

Les services de secours ne peuvent garantir une intervention rapide pour un quart de million de Flamands. Les ambulances ou les équipes d’intervention ne peuvent atteindre ces personnes dans le quart d’heure qui suit un éventuel appel d’urgence. C’est ce que dévoile le quotidien De Standaard, faisant état d’un rapport du Conseil national des établissements hospitaliers (CNEH).

En Flandre, les régions autour de Dixmude, Aalter-Beernem, Assenede-Zelzate, Beveren, Heist-op-den-Berg, Aarschot, Leopoldsburg et Lanaken sont les plus concernés. Au total, cette situation touche quelque 250.000 habitants.

Concrètement, cela signifie que les équipes médicales ne parviennent à intervenir auprès d’un patient dans le quart d’heure qui suit l’appel d’urgence que dans moins de 90% des cas. Idéalement, lorsqu’une personne est dans un état grave, l’arrivée d’une aide professionnelle doit se faire dans les huit minutes.

Le CNEH a dans ce cadre demandé à la ministre de la Santé Laurette Onkelinx (PS) de renforcer les équipes d’intervention pré-hospitalières sur les territoires peu couverts. Ce genre d’équipe comprend un ambulancier et un infirmier spécialisé soutenu par un médecin urgentiste via une liaison radio. La mise en œuvre d’un renforcement des équipes mobiles n’est toutefois pas évidente, la Belgique connaissant une pénurie de médecins urgentistes.