Le site Heinz de Turnhout va fermer ses portes

L’usine de Heinz en province anversoise va être entièrement fermée en décembre 2014. C’est ce qu’a annoncé le syndicat chrétien CSC à l’issue d’un conseil d’entreprise extraordinaire. Un mouvement de grève s’était déjà déclaré dans la nuit. D'après les syndicats, la majorité de la production sera délocalisée vers le Royaume-Uni.

"L'employeur a confié aux employés durant la nuit la mission de complètement vider et nettoyer les lignes de production et les réservoirs. Ce qui a donné l'impression aux employés que des mauvaises nouvelles allaient arriver. Après cela, l'équipe de nuit est entrée en grève", a expliqué Dirk Verhaegen, secrétaire de la CSC Alimentation et Services. L'équipe du matin avait également débrayé.

Fin octobre, des craintes pour l'emploi s'étaient déjà exprimées sur le site de Turnhout où près de 200 personnes travaillent. Après 40 ans de collaboration, la chaîne de restauration rapide McDonald's avait en effet annoncé vouloir mettre un terme à son contrat avec Heinz, en raison du changement de propriétaire du fabriquant de ketchup, désormais lié à son ennemi héréditaire, Burger King.

Cette décision avait inquiété le personnel du site de Turnhout, où 45% de la production est destinée aux restaurants McDonald's. Les syndicats avaient toutefois appris à l'issue d'un conseil d'entreprise extraordinaire qu'aucune conséquence immédiate ne serait subie. Le contrat courait jusque fin 2014 et des discussions étaient en cours avec la chaîne de restauration rapide pour une prolongation.

L’usine de Turnhout avait été reprise par la multinationale américaine Heinz en 1999. Annuellement, elle produit plus de 600 millions d’unités de sauces et de confitures. Environ 90% d’entre elles sont vendues à l’étranger, principalement aux chaînes de fastfood.

Délocalisation à Telford

La production de l'entreprise de Turnhout serait délocalisée en plusieurs endroits mais en grande partie à Telford (Royaume-Uni). "Les coûts salariaux y seraient inférieurs de moitié", rapportent les syndicats qui s'interrogent quant à la précision de ces chiffres.

Les 150 ouvriers et 45 employés de l'entreprise pourront rester à la maison pour le restant de la semaine avec maintien du salaire. Le 10 mars, la production devra être entièrement rétablie.

La procédure dans le cadre de la loi Renault débutera le 4 mars.