Les homosexuels nombreux à demander l’asile en Belgique

Le nombre de personnes qui demandent l’asile à la Belgique en donnant comme motif leurs préférences sexuelles a triplé au cours de ces quatre dernières années. Selon le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA), 20% d’entre elles reçoivent un titre de séjour, indiquent les quotidiens Het Nieuwsblad et De Standaard.

L'an dernier, un millier de dossiers de personnes demandant l'asile en Belgique parce qu’elles rencontrent des difficultés dans leur pays d'origine en raison de leurs préférences sexuelles ont été traités, contre seulement 376 dossiers il y a quatre ans.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette augmentation, indique Dirk Van den Bulck du Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides. "Dans certains pays, la problématique de l'homosexualité s'est aggravée. Regardez en Russie et dans plusieurs pays africains. Il y a également une prise de conscience grandissante des préférences sexuelles dans le monde. Les gens déclarent qu'ils sont homosexuels et voient surgir des problèmes. Ils apprennent que sur base de leurs préférences, ils peuvent recevoir l'asile ailleurs, et cela a naturellement un impact ».

Et le CGRA de préciser : "Cela s'accompagne du coup également de cas d'abus: des trafiquants d'êtres humaines qui incitent leurs victimes à demander l'asile chez nous, en se servant de la question des préférences sexuelles".

Selon le Commissariat général aux réfugiés, "20% de ces demandeurs d’asile reçoivent un titre de séjour" en Belgique.