Le nombre de régularisations a baissé

Seules 1.900 personnes étrangères ont été régularisées l’an dernier en Belgique. En 2012, il y en avait deux fois plus et en 2011, il y en a eu près de 10.000. La Secrétaire d’Etat à l’Asile et aux Migration Maggie De Block (Open VLD) estime que cette diminution est le résultat d’une série de mesures prises par le gouvernement fédéral.

Non seulement le nombre de demandes d’asile a diminué mais aussi le nombre de personnes qui ont tenté d’obtenir un permis de séjour via une régularisation.

Une des principales causes est le raccourcissement de la procédure d’asile. Les demandeurs d’asile déboutés pouvaient dans le passé espérer une régularisation parce que suite à la longue procédure, ils séjournaient souvent depuis des années dans notre pays et y étaient donc intégrés.

Même les raisons médicales que certains invoquaient sont à présent contrôlées de manière beaucoup plus strictes. La diminution est spectaculaire.

Après la grande campagne de régularisation, il y a cinq ans, près de 40.000 personnes ont encore obtenu des papiers au cours des deux dernières années afin de séjourner dans notre pays. L’an dernier il n’y a eu que 1.900 régularisations. Une majorité (deux tiers) de ces personnes n’ont reçu qu’un permis de séjour temporaire.

"C'est le résultat de l'action du gouvernement"

La Secrétaire d’Etat à l’Asile et aux Migration Maggie De Block (Open VLD) estime que cette diminution du nombre de régularisation est le résultat d’une série de mesures prises par le gouvernement fédéral.

"Le fait que les procédures soient beaucoup plus courtes pour introduire une demande d’asile implique que ces personnes ne vont plus introduire de demande de régularisation. Le filtre aux demandes pour des raisons médicales a eu aussi un effet dissuasif. Par ailleurs tous les facteurs qui attiraient les demandeurs d’asile comme que le fait que ces gens étaient logés à l’hôtel qu’on leur versait une somme d’argent parce que qu’il n’y avait pas assez de centre d’accueil, tout cela a été supprimé," déclare Maggie De Block.