Le successeur du Sea King ne supporte pas le sel

Les hélicoptères NH-90 (photo principale) que l’armée belge a achetés pour succéder aux hélicoptères Sea King ne résistent pas bien au sel marin. C’est ce qui ressort d’inspections d’appareils semblables en France et aux Pays-Bas, indiquent plusieurs quotidiens flamands ce vendredi. La Défense belge maintient que les nouveaux hélicoptères sont adéquats pour voler au-dessus de la mer.

Sur les conseils de l’Otan, la Défense belge a commandé en 2007 huit hélicoptères NH-90, qui sont construits par une filiale de l’entreprise italienne AnsaldoBreda - le producteur du train Fyra. Quatre de ces hélicoptères sont destinés à des opérations au-dessus de la terre ferme (version de transport tactique TTH), tandis que les quatre autres (version NFH) doivent servir à des opérations en mer à la côte belge, et remplacer à terme les hélicoptères Sea King (photo).

Coût de la commande, qui doit notamment donner de nouvelles capacités aux deux frégates de la Marine belge : près de 300 millions d’euros. A ce jour, trois appareils ont été livrés. Il s’agit de deux TTH basés à l’aéroport de Beauvechain et d’un NFH qui sert à l’instruction du personnel, au départ de l’usine d’Airbus Helicopters de Marignane (sud de la France).

Pas plus tard qu’il y a 3 jours, la ministre néerlandaise de la Défense, Jeanine Hennis-Plasschaert, indiquait au Parlement de son pays que les nouveaux hélicoptères NH-90 utilisés par l'armée néerlandaise sont victimes de "corrosion et d'usure excessives". Ces défauts ont été constatés après utilisation de l’appareil en mer lors d’une mission de lutte contre la piraterie au large de la Corne de l’Afrique et dans les Caraïbes.

Selon la ministre néerlandaise, une enquête préliminaire a démontré que ces déficiences trouvaient leur origine dans des erreurs de conception et d'assemblage, ainsi que par des instructions pour l'entretien "incomplètes". Le constructeur - les NH90 néerlandais sont assemblés par la société italienne AgustaWestland sur l'une des cinq chaînes du consortium européen NHIndustrie (NHI) - a reconnu les problèmes et travaille à y remédier, a précisé Mme Hennis.

"Achetés en concertation avec les Pays-Bas et la France"

Le ministère belge de la Défense a reconnu que les exemplaires néerlandais et français présentent des problèmes, mais a souligné que les hélicoptères commandés par la Belgique ont été produits plus tard, et sont assemblés en Allemagne. Ils ne souffriraient plus de maladies infantiles.

« J’espère que les problèmes qui se sont présentés aux Pays-Bas et en France n’apparaîtront pas chez nous », a déclaré Dirk Deboodt du syndicat socialiste du service public. Mais il suppose que les appareils belges sont très semblables à ceux des deux pays voisins.

« Les autorités belges ont acheté ces hélicoptères en concertation avec les Pays-Bas et la France, afin de pouvoir échanger plus aisément des pièces de rechange », explique Deboodt.

Interviewé ce vendredi matin dans l’émission « De Ochtend » de la VRT (Radio 1), le ministre de la défense Pieter De Crem (CD&V, photo) a déclaré que la commande des hélicoptères NH-90 avait été un des derniers faits d’armes du gouvernement Verhofstadt II. Lui-même aurait simplement exécuté ce qui avait été décidé.

« Sur base des vols tests qui ont déjà été réalisés, on peut dire que les 3 hélicoptères déjà livrés sont bons. Bien que nos hélicoptères aient été produits dans une phase ultérieure que ceux des Pays-Bas et de la France, nous devons néanmoins rester vigilants », a ajouté Pieter De Crem.