Les parents d’élèves qui sèchent les cours avertis

Le ministre flamand de l’Enseignement, Pascal Smet (SP.A), enverra ces prochains jours une lettre de mise en garde aux parents de près de 11.000 élèves qui sont souvent absents de l’école. Ils risquent en effet de perdre leurs allocations d’études, pour cause d’abus, indiquent les quotidiens Het Belang van Limburg et Gazet van Antwerpen.

Le ministre flamand de l’Enseignement, Pascal Smet, veut conscientiser et responsabiliser les parents de 5.648 enfants de l’école maternelle et primaire et de 5.293 élèves du secondaire qui sont souvent absents en classe. Dans la lettre qu’il leur adressera d’ici peu, le ministre leur rappellera les dangers de l’absentéisme, qui peut entraîner un décrochage scolaire.

« Il est important que votre enfant aille tous les jours à l’école. Il peut ainsi mieux suivre les cours et ne pas prendre de retard », indiquera Pascal Smet (photo) aux parents de 10.941 enfants concernés.

La lettre envoyée aux parents d’enfants qui sèchent les cours doit aussi mettre en garde contre l’abus des allocations d’études. Depuis 2007, l’obtention de telles allocations est dépendante d’une présence régulière de l’enfant sur les bancs de l’école. Le montant de l’allocation peut aller jusqu’à 1.080 euros.

“Les parents ont donc tout avantage à ce que leur enfant aille effectivement à l’école”, souligne le ministre Smet. Ces dernières années, près de 1.000 allocations d’études ont été supprimées aux parents d’enfants trop souvent absents. Ces parents ont dû rembourser le montant de l’allocation perçue.

En Flandre, on parle d’absentéisme scolaire récurrent lorsqu’un élève présente au moins 30 demi-journées d’absence illégale à l’école sur deux années scolaires consécutives. L’an dernier, le ministre a envoyé 10.600 lettres de mise en garde aux parents. Cette année, il doit donc en envoyer un peu plus.