Survivante de l’holocauste, Regine Beer est décédée

Née à Amsterdam en 1920, Regine Beer était l’un des derniers témoins en Belgique des horreurs du camp de concentration d’Auschwitz, auxquelles elle a survécu. Devenue un symbole de la lutte contre le fascisme, elle s’est éteinte dimanche, à Anvers, à l’âge de 93 ans.
BELGA

Regine Beer était née le 5 novembre 1920 à Amsterdam (Pays-Bas), où sa famille s’était réfugiée avant la Première Guerre mondiale. En septembre 1943, elle étudiait à l’école normale d’Anvers lorsque la Gestapo allemande et les SS flamands l’arrêtèrent, parce que son père était d’origine juive.

Via la Caserne Dosin, à Malines, Regine Beer fut déportée vers le camp de concentration d'Auschwitz (en Pologne). Elle y séjourna jusqu’en 1945, après avoir vécu toutes les horreurs du camp d’extermination. Survivante aux atrocités, elle rentra à Anvers en 1945.

Enseignante, Regine Beer commença dans les années 1970 à raconter l’histoire de sa vie aux écoliers. Pendant la décennie qui a suivi, elle a témoigné de l'horreur de la guerre et de l'holocauste auprès de milliers d'élèves, dénonçant notamment toutes les idéologies.

Beer s’est aussi rendue avec des étudiants dans l’ancien camp d’Auschwitz (photo). Avec l’aide de Paul De Keulenaer, elle a également publié en 1992 un livre. Il est intitulé "KZ A 5148", le numéro qui lui fut tatoué sur la peau.

Regine Beer a été décorée plusieurs fois. Elle a notamment reçu en 1995 le Prix de la Démocratie. Elle a aussi été distinguée en tant que Commandeur de l'Ordre de la Couronne en 2006. Ce dimanche, elle aurait dû recevoir du mouvement féminin Zij-kant un Prix pour l’œuvre de sa vie.

Regine Beer, qui avait récemment fait une chute, est décédée à Anvers ce dimanche. Elle est la mère du journaliste Stefan Blommaert, l’actuel correspondant permanent de la VRT à Pékin.