Pairi Daiza exige l’arrêt des subsides au zoo d’Anvers

Le directeur du parc animalier hennuyer Pairi Daiza, Eric Domb (photo principale), estime que les subsides accordés par les autorités flamandes au zoo anversois et au parc animalier de Planckendael (Malines) constituent une concurrence déloyale pour le secteur. Il a mandaté un cabinet d’avocats et demandé à la Région flamande de ne pas verser les subsides pour 2016 aux deux parcs concurrents. "Cela devient un jeu bizarre", réagit le ministre flamand Geert Bourgeois.

Le ministre flamand du Tourisme, Geert Bourgeois (N-VA), a annoncé vouloir demander "à tout hasard" un avis juridique sur les subsides accordés par la Flandre au zoo d'Anvers et au parc animalier de Planckendael. Ces subsides sont en effet contestés par le patron du parc animalier hennuyer de Pairi Daiza.

Selon Eric Domb, ces subsides flamands engendrent une situation de concurrence déloyale dans le secteur. Pour Geert Bourgeois (photo), les deux institutions flamandes, sous statut d'associations sans but lucratif, ont une fonction sociale et de recherche, contrairement à Pairi Daiza qui est coté en bourse.

"J'ai le sentiment que l'on pratique un jeu bizarre", a réagi le ministre N-VA, au cours de l'émission "De Ochtend" (VRT-radio) à propos de la demande d'Eric Domb.

Le directeur de Pairi Daiza - le parc qui accueille depuis peu deux pandas géants chinois - a mandaté un cabinet d'avocats spécialisés en droit de la concurrence. Il a aussi sommé la Région flamande de mettre fin aux subsides massifs qu'elle accorde chaque année aux zoos d'Anvers et de Planckendael. Et il menace d'introduire une plainte à la Commission européenne pour violation des règles sur la concurrence.

Selon Geert Bourgeois, presque tous les pays de l'Union européenne soutiennent financièrement leurs zoos, et il n'y a pas de cas connus d'aide d'état illégale. Le ministre flamand a ajouté que les quelque 97 millions d'euros perçus par le zoo d'Anvers et par Planckendael entre 2002 et 2013 intègrent un important montant pour la transformation de la salle Reine Elisabeth. Située à côté du zoo anversois, auquel elle appartient, cette salle accueille des congrès, séminaires et événements.

Geert Bourgeois a également souligné qu'en Wallonie d'autres affaires étaient sujettes à la critique, comme les aides des pouvoirs publics à l'aéroport de Charleroi et à certains clubs de football qui sont "des entreprises privées et n'ont rien à voir avec une association sans but lucratif".