Un habitant sur trois de la Région bruxelloise n’est pas belge

Au 1er janvier 2013, un habitant sur trois de la Région de Bruxelles capitale n’avait pas la nationalité belge. C’est ce qui ressort du "Baromètre démographique 2013" publié par l’Institut Bruxellois de Statistique et d'Analyse (IBSA).

La Région bruxelloise a connu au cours de l’année 2012 une croissance importante de sa population (+1,4 %), pour atteindre plus de 1,15 million d’habitants au 1er janvier 2013. C’est près du triple des évolutions observées en régions flamande et wallonne (+0,5 %).

Cette augmentation annuelle s’explique par un solde migratoire international très élevé (+19 498), un solde naturel qui se maintient à un niveau très élevé (+8 870), deux éléments qui compensent largement le solde migratoire interne très négatif (-13 714).

Depuis les années 2000, la Région bruxelloise a connu une forte hausse de son solde naturel, c’est-à-dire de la différence entre le nombre de naissances et de décès.

Cela s’explique par une structure par âge rajeunie, mais également par une fécondité plus élevée chez les femmes issues de la plupart des grands groupes d’immigration.

Le nombre de naissances domiciliées à Bruxelles augmente régulièrement depuis une dizaine d’années, pour atteindre 18.562 au cours de l’année 2012. Il en résulte une croissance, moindre car rapportée à une population en forte croissance, du taux brut de natalité (16 ‰ en 2012, et jusqu’à 17 ‰ de 2008 à 2010), largement plus élevé que pour l’ensemble du pays (11,5 ‰ en 2012).

Parallèlement à cette hausse des naissances, la mortalité régionale a diminué de façon régulière depuis les années 2000.

Au cours de l’année 2012, la Région a enregistré 49.107 entrées et 29.609 sorties, depuis et vers un autre pays que la Belgique.

Cela se traduit par un solde migratoire international de +19 498 habitants. Si ce solde est moins élevé que les années antérieures (notamment 2010 qui fut une année record avec +29 406), il demeure néanmoins très élevé et constitue le véritable moteur de l’essor démographique de la Capitale, puisqu’il dépasse l’accroissement total de la population.

À titre de comparaison, il n’est que de +16 864 pour la Région flamande et de +8 003 pour la Région wallonne.

Bruxelles capte donc près de 44 % du solde migratoire international du Royaume (+44 365). Cela s’explique principalement par son statut de métropole internationale et en fait la porte d’entrée principale de l’immigration internationale dans le pays.

Enfin la population bruxelloise est aussi la plus jeune du pays, 37,4 ans en moyenne alors que l’âge moyen est de 40,6 ans en Wallonie et de 42,0 ans en Flandre.