Une frégate belge pour escorter les armes chimiques syriennes

La frégate de la marine belge Léopold I accompagnera en mer Méditerranée le navire chargé de neutraliser les armes chimiques du régime de Bachar el-Assad. La proposition du ministre de la Défense Pieter De Crem a été adoptée hier par le conseil des ministres. Quelque 170 militaires prendront part à l’opération. Le départ de Zeebrugge est prévu pour le 11 août prochain.
BELGA/DOPPAGNE

A la suite de l’attaque chimique perpétrée dans les alentours de Damas en août dernier, le régime syrien était tombé d’accord sur le démantèlement de son arsenal chimique. L’attaque avait coûté la vie à plusieurs centaines de personnes, et provoqué l’indignation de la communauté internationale.

La semaine dernière, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques a fait savoir que la Syrie avait laissé sortir près de la moitié de son armement chimique. L’objectif prescrit par la résolution de l’ONU est d’aboutir à la destruction totale de l’arsenal d’ici le 30 juin prochain.

En vue de ce démantèlement, les armes chimiques ont été ramenées au port italien de Gioia Tauro par le navire Cape Ray. Celui-ci est spécialement conçu pour neutraliser les armes à son bord, alors qu’il se trouve dans les eaux méditerranéennes.

La participation belge à cette vaste opération se fera via l’intervention de la frégate Léopold I, et d’un équipage de 170 militaires. Durant trois semaines, la frégate escortera le Cape Ray dans le cadre du processus de neutralisation et du transit vers la localisation où sera déchargé le matériel chimique résiduel, vers la fin août 2014.