Une intervention militaire contre les forains à Anvers?

Mercredi dernier, un groupe de forains avait bloqué la ville d’Anvers pour protester contre le déménagement forcé de leur foire annuelle, la Sinksenfoor, engendré par des plaintes de certains riverains. La manifestation avait engendré d'importants embarras de la circulation. Hier, la gouverneure de la province d’Anvers, Cathy Berx, a suggéré qu’une intervention militaire pourrait avoir lieu si les forains venaient à bloquer une nouvelle fois la ville. La ministre de la Justice, Annemie Tutrelboom, n’y est toutefois pas favorable.

Lors de l’émission dominicale de la VRT ‘De Zevende dag’, la ministre a plaidé en faveur du dialogue pour mettre fin au conflit entre les forains et la ville d’Anvers. Elle a notamment évoqué les négociations qui ont lieu entre les protestataires et l’Unizo, l’Union des entrepreneurs indépendants flamands.

Annemie Turtelboom réagissait aux propos tenus hier par la gouverneure d’Anvers, Cathy Berx (photo). Cette dernière a indiqué que la ville et la province avait la possibilité de faire appel à un soutien militaire si les forains venaient à bloquer une nouvelle fois la métropole. "Il existe depuis un certain temps un protocole entre la Défense et les Affaires intérieures qui affirme que des moyens militaires peuvent être demandés, même en dehors des scénarios de catastrophe", justifie la gouverneure. "Il peut s’agir de personnel, de véhicules de dépannage et même de véhicules blindés". L’instance qui demande un tel soutien doit toutefois en assurer les frais.

"L’armée est engagée dans certaines régions d’Europe. J’espère que nous pourrons éviter ce scénario à Anvers", a déclaré de son côté Annemie Turtelboom, qui tire la liste anversoise des libéraux flamands au niveau fédéral. "Nous ne pouvons vivre dans une ville assiégée", a-t-elle ajouté.