"L’enseignant moyen n’a pas un niveau intellectuel suffisant"

Dans une interview accordée au quotidien De Tijd - en tandem avec le ministre flamand de l’Enseignement Pascal Smet (SP.A) -, André Oosterlinck (photo principale), l’ancien recteur de l’Université Catholique de Louvain (Brabant flamand) et actuel président de l’association KU Leuven, reproche au ministre de n’avoir pas poussé assez loin la réforme de la formation des enseignants. Il plaide en faveur d’une formation plus poussée et complète des professeurs et supplie de ne pas faire des économies dans l’enseignement.
BELGA/VERGULT

Le président de l’association KU Leuven est clair : la réforme de l’enseignement en Flandre, approuvée par le gouvernement régional actuel et qui devra être réalisée pendant la prochaine législature, ne réussira jamais si le prochain ministre de l’Enseignement ne réforme pas d’abord en profondeur la formation des enseignants eux-mêmes.

« Nos enseignants ne sont pas adaptés aux défis qu’ils ont à affronter », déclare André Oosterlinck dans l’interview qu’il a accordée au quotidien De Tijd. « Nos enfants vont devoir survivre dans un monde complexe. Ils doivent apprendre à s’adapter aux changements. Et de qui doivent-ils l’apprendre actuellement ? D’enseignants qui sont incroyablement conservateurs et qui, en moyenne, n’ont pas un niveau suffisant ».

L’ancien recteur de la KU Leuven estime que le problème de la formation des enseignants n’a pas suffisamment été pris en main par le ministre de l’Enseignement Pascal Smet (photo). « Il a fait réaliser des analyses, mais rien de concret n’a suivi ». Le ministre rétorque : « Vous savez tout aussi bien que moi que les enseignants auraient réagi avec force ». Pascal Smet ajoute que l’accord de gouvernement contenait très peu de détails sur les enseignants.

Former une élite ?

Pascal Smet rappelle que son plan de réforme de l’enseignement était un travail de longue haleine, dont le résultat n’a pas satisfait tout le monde. Les élèves en deviendront-ils meilleurs, se demande Oosterlinck. « Je suis peut-être un socialiste atypique, mais je suis convaincu que la société a besoin d’une élite. Une élite culturelle et élitaire. Pas tout le monde en fera partie. Mais tous ceux qui peuvent en faire partie doivent en recevoir l’opportunité », répond le ministre Smet.

André Oosterlinck souligne pour sa part que le prochain gouvernement flamand devra éviter de faire des économies dans l’enseignement. « Ce gouvernement devra faire des économies, mais qu’il ne les fasse pas dans l’enseignement ». « Ce sera difficile, si j’en crois ce que disent certains collègues », répond Pascal Smet.