Un conducteur roulant à 217 km/heure acquitté

L’avocat de l’homme pris en mars 2013 en flagrant délit d’excès de vitesse par des policiers dans un véhicule banalisé a fait valoir, avec succès, que le procès-verbal n’offrait pas de certitude quant à la vitesse précise à laquelle roulait son client. Ce dernier a été acquitté vendredi par le tribunal de police, indique le quotidien Het Laatste Nieuws.

En mars 2013, le conducteur en question avait dépassé à toute allure sur l'A19, en Flandre occidentale, deux agents de police roulant dans un véhicule banalisé. Les policiers avaient immédiatement donné la chasse au conducteur, et avaient constaté qu'ils roulaient à la vitesse de 234 km/h. Ce qui correspondait, selon eux, à une vitesse réelle de 217 km/h, compte tenu de la marge d'erreur.

Les policiers ayant conservé plus ou moins la même distance entre les deux véhicules lors de la poursuite, ils ont ensuite noté dans leur procès-verbal que le chauffard roulait lui aussi à la vitesse de 217 km/h. Un test de calibrage était censé prouver la vitesse de la voiture de police.

L'avocat de la défense a toutefois mis en doute ce test de calibrage, étant donné que rien n'attestait qu'il correspondait bien à la voiture dans laquelle roulait les policiers. En outre, un certificat d'étalonnage du dispositif avait expiré.

Le juge a donc dû reconnaître qu'il n'était pas possible de prouver avec certitude que le conducteur avait effectivement roulé à la vitesse de 217 km/h. Le tribunal de police l’a donc acquitté.