"Les expats n’ont que peu d’amis belges"

Les étrangers qui viennent vivre ou travailler en Belgique semblent n’avoir que peu d’amis belges. C’est en tous cas ce qu’estime Cheeseweb, un site destiné à guider les expatriés lors de leur séjour dans notre pays.

"Trois raisons pour lesquelles vous n’avez pas beaucoup d’amis belges", tel est l’intitulé de l’article rédigé par Paola sur le site destiné aux expatriés. Le texte n’a rien de scientifique. Il part juste d’un ressenti, qui semble largement partagé, au vu des réactions et des commentaires qui figurent sur la même page.

La première raison avancée est la "raideur belge". L’auteure, elle-même expatriée, évoque un manque de temps : "je pense ne jamais avoir rencontré une population qui tient tellement à son agenda", écrit-elle. "Dans la pratique, tout est réglé via des rendez-vous, même lorsqu’on a un problème médical urgent", s’étonne-t-elle.

D’après elle, une deuxième explication réside dans le fait que les Belges sont très friands de leur "zone de confort", de leur petite bulle personnelle. "Les Belges restent volontiers dans leur village d’origine, près de leurs amis et de leur famille. Ils restent bloqués deux heures durant dans les embouteillages, au lieu d’aller tout simplement vivre plus près de leur travail", peut-on lire.

Les "problèmes d’amitié" vécus par les expats de notre pays seraient également liés au fait que les Belges sont, selon Paola, très discrets, et n’expriment que peu leurs sentiments. "Durant mes premières années ici, je trouvais les Belges froids et distants. Parfois, ils peuvent se montrer enthousiastes à propos d’un sujet, mais cela concerne alors principalement des plaintes par rapport à quelque chose ou à quelqu’un", témoigne-t-elle.

Heureusement, la rédactrice du site Cheeseweb garde espoir. "Je pense que les Belges valent vraiment la peine d’être connus. Ils sont loyaux et fidèles. Les gens sont parmi les plus sympas qui soient, même si on ne les rencontre qu’une à deux fois par an !", conclut-elle.

Si l’article peut sembler très cliché, mélangeant ironie, subjectivité et ressenti personnel, il a tout de même suscité de nombreuses réactions d’expatriés abondant dans ce sens. De quoi, sans doute, faire réfléchir les Belges que nous sommes.