Moins de Belges travaillent à temps partiel

L’an dernier, le nombre de Belges qui travaillaient à temps partiel a diminué, indique le quotidien financier De Tijd. C’est la première fois depuis 2007 qu’un nombre moins important de citoyens en Belgique ont un emploi à temps partiel.

En 2013, quelque 24,7% de la population active en Belgique exerçaient un emploi à temps partiel. L’année d’avant, ils étaient encore 25,1% à travailler à mi-temps. Entre 2007 et 2012, le nombre de citoyens travaillant à temps partiel avait nettement augmenté.

D’après la chercheuse Karen Geurts de l’Université Catholique de Louvain (KU Leuven), interrogée par le quotidien De Tijd, le fait que le nombre de personnes travaillant à temps partiel ne croît plus s’explique par une augmentation moins importante du nombre de femmes qui exercent une profession.

"Le nombre de femmes qui rejoignent le marché de l’emploi augmente moins qu’auparavant. En cause, le ralentissement du recrutement dans le secteur des services et dans divers services publics. Ce ralentissement influence le marché des emplois à temps partiel".

La crise économique est également responsable de cette baisse. C’est avant tout le secteur des emplois intérimaires qui a été touché. Or ce secteur fonctionne avec un grand nombre de contrats à temps partiel. D’autre part, le gouvernement fédéral Di Rupo a pris certaines mesures d’économies qui rendent le travail à temps partiel moins intéressant du point de vue financier.

Au niveau de l’Union européenne, le nombre de citoyens travaillant à temps partiel a par contre augmenté. La Belgique se situe néanmoins encore au-dessus de la moyenne européenne de 20,3% de travailleurs à temps partiel.