La moitié des Flamands habitent loin de la nature

Une enquête réalisée par l’organisation flamande de protection de la nature Natuurpunt révèle que 3 millions des Flamands résident trop loin d’un parc, d’une forêt et d’une réserve naturelle, par exemple, pour s’y rendre à pied. L’étude indique aussi que ce sont surtout les habitants de Gand (Flandre orientale) et Roulers (Flandre occidentale) qui ne voient pas beaucoup de verdure. Les Limbourgeois sont nettement mieux lotis.

"Avoir un coin de nature à distance d’une promenade de chez soi est une question d’intérêt public", indique le rapport de l’organisation flamande Natuurpunt. "Notre enquête révèle que cette proximité de la nature exerce une influence bénéfique sur la santé mentale et physique des citoyens".

Pour pouvoir avoir cette influence bénéfique, le coin de nature doit être au moins d’une superficie de 30 hectares, facilement accessible, et se trouver dans un rayon de 1,6 km de votre lieu de résidence. Or, il semble que ces conditions ne soient pas remplies pour 3 millions de Flamands, soit environ la moitié de la population en Flandre.

Les différences entre les provinces sont cependant importantes. Environ 66% des Limbourgeois ont accès à un bout de nature à distance d’une promenade. En province anversoise, la situation est également assez bonne dans ce domaine. Quelque 62% des habitants peuvent se rendre à pied dans la nature.

La province du Brabant flamand présente une situation correspondant à la moyenne pour l’ensemble de la Flandre, tandis que les Flandres orientale et occidentale s’en sortent nettement moins bien. Seuls 30% et 24% de leurs habitants, respectivement, peuvent se rendre à pied dans un coin de nature.

Davantage de vert profite à la sécurité sociale

Il n’est donc pas surprenant que les villes moyennes les plus populaires se trouvent dans le Limbourg et en province anversoise. La ville limbourgeoise de Genk s’en sort le mieux, et l’on constate que 100% de ses habitants résident à proximité d’un coin de verdure. A Anvers, 69% des habitants bénéficient de pareille situation et à Malines ils sont 63% à en profiter. Hasselt (59%) et de façon surprenante aussi Ostende (60%) s’en sortent bien également.

Les Gantois et les habitants de Roulers sont par contre les parents pauvres de cette enquête. Parmi les 250.000 Gantois, seuls 7% peuvent se rendre à pied dans la nature. A Roulers (Flandre occidentale), 0% des habitants ont cette possibilité. Pas un seul des 60.000 habitants a accès à un bois d’au moins 30 hectares à distance d’une promenade de son habitation.

L’organisation Natuurpunt demande donc au gouvernement flamand d’aménager rapidement davantage de zones vertes. Une récente étude de l’Institut flamand de recherche technologique (VITO) a révélé que l’aménagement de 10% de "verdure" supplémentaire engendrerait une économie de 214 euros par habitant pour la sécurité sociale.