Le directeur belge du parc des Virunga attaqué

Le Belge Emmanuel de Mérode (photo principale), qui dirige le parc des Virunga situé dans l’est de la République du Congo et classé au patrimoine mondial, a été grièvement blessé mardi de deux balles par des hommes armés non identifiés. Il a été opéré et ses jours ne sont plus en danger, a indiqué le ministère des Affaires Etrangères.

"Emmanuel de Mérode quittait Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, pour Rumangabo, la grande base de l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN)", quand "des hommes armés non identifiés" lui ont tendu une "embuscade", indique un communiqué de la Société civile du Nord-Kivu.Une source de l'ambassade de Belgique interrogée par mardi soir a confirmé l'attaque ayant ciblé le directeur du parc des Virunga. Elle a ajouté que l'ICCN avait "averti la famille de la victime à Nairobi".

"Tous mes vœux de prompt rétablissement à Emmanuel de Mérode, et nous allons suivre l'enquête de près", a réagi le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR), dans un tweet, publié dans la nuit mardi à mercredi.

Le conservateur a été transporté à l'hôpital Heal Africa de Goma et admis aux soins intensifs. Il a reçu deux balles dans le ventre, qui ont été extraites. Un chirurgien de l'hôpital a expliqué à l'Agence France Presse que "l'intervention chirurgicale" d’Emmanuel de Merode - un homme de 43 ans, issu de l'aristocratie belge - s'était "bien" déroulée.

D'après le gouverneur, de Mérode a été attaqué alors qu'il se trouvait seul à bord de sa jeep et qu'il n'avait pas d'escorte. Ce mercredi, le chargé de communication de l’hôpital Heal Africa de Goma annonçait qu’Emmanuel de Mérode « a été opéré et se trouve toujours en soins intensifs », mais « l'espoir est permis". "Je lui ai rendu visite ce matin", a quant à lui déclaré le gouverneur provincial Julien Paluku. "Il est lucide, il parle et a remercié les FARDC (armée) pour l'avoir secouru, ainsi que les médecins qui l'ont sauvé".

La Société civile du Nord-Kivu - qui regroupe des associations, ONG et syndicats - s'est déclarée "choquée" par l'attaque, qu'elle a qualifiée d'"acte barbare". "Notre structure croit à l'hypothèse d'une attaque ciblée et sollicite du gouvernement congolais l'ouverture d'une enquête", a-t-elle précisé. Une enquête aurait été lancée.

"Embuscade très troublante"

Interrogé sur le site internet du quotidien La Libre Belgique, le député belge François-Xavier de Donnea (photo) a jugé cette embuscade "extrêmement troublante", car Emmanuel de Mérode venait de déposer auprès du procureur de la République à Goma "un dossier compromettant, résultant de mois - voire d'années - d'enquête sur Soco International".

Cette petite société britannique a récemment obtenu des autorités congolaises, en contravention avec les engagements internationaux du Congo, le droit de mener des explorations pétrolières à l'intérieur du Parc des Virunga, ce que dénoncent nombre d'ONG.

Créé en 1925 - ce qui en fait le plus vieux parc national d'Afrique -, le parc des Virunga est classé au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1979. Il constitue le repère idéal de groupes armés locaux et étrangers qui se livrent à de lucratives activités de braconnage et à la déforestation.