Plus de 15.000 procès-verbaux pour excès de vitesse en 24h

La journée de sécurité routière contre la vitesse excessive a pris fin vendredi à 6h. La police fédérale et 131 zones de police ont participé à cette opération de 24 heures en flashant les excès de vitesse au moyen de radars fixes et mobiles. Entre 800 et 1.000 points de contrôle avaient été mis en place durant ces 24 heures, soit cinq fois plus qu'habituellement.

La police a dressé plus de 15.000 procès-verbaux pour excès de vitesse au cours de son opération marathon menée pendant 24 heures jeudi et vendredi.

Près de 4% des véhicules contrôlés roulaient trop vite, selon les résultats partiels communiqués vendredi après-midi par la police fédérale. Les résultats pour les radars fixes n'étaient pas encore connus.

Entre jeudi 6 heures et vendredi même heure, des dispositifs de contrôle mobiles ont mesuré la vitesse des automobilistes à quelque 500 endroits, notamment en des lieux proposés par les citoyens qui en avaient suggéré plus de 50.000.

Au total, 398.485 véhicules ont été contrôlés et 15.615 PV rédigés. Septante-deux automobilistes ont écopé d'un retrait de permis.
Plus de 700 policiers, issus de 131 zones de police locale et de la police fédérale de la route ont participé à cette opération.

"L'opération est un bel exemple de collaboration entre les différents partenaires: les zones de police, la police fédérale et l'IBSR (Institut belge pour la sécurité routière)", a souligné Michaël Jonniaux, directeur de la police fédérale de la route.

Quant aux propositions de lieux à contrôler émises par les citoyens, la police précise que "la liste des suggestions restera dans le futur un outil de travail intéressant".

La vitesse excessive et/ou inadaptée est la cause d'un tiers des accidents avec lésions corporelles, rappelle l'IBSR.