"Il n’y a plus de honte à dire pour qui on va voter"

"Le tabou qui entoure le comportement électoral a totalement disparu, les Flamands n’ont plus honte de dire pour qui ils vont voter" a déclaré vendredi Marc Swyngedouw, sociologue à la KUL, dans l’émission de Jan Houtekiet (Radio 1 - VRT). "Actuellement il n’y a plus aucun parti pour qui les gens n’osent pas dire qu’ils vont voter" .

Marc Swyngedouw ajoute cependant que "le comportement électoral est encore entouré de tabou auprès des électeurs plus âgés, ceux qui sont nés entre les deux guerres mondiales. A leur époque vous pouviez perdre votre travail si on apprenait que vous n’aviez pas voté pour le parti catholique".

La différence entre les différents scrutins est très minime. Peut-être qu’un tabou entoure encore le comportement électoral pour les élections communales, parce que la pression sociale est plus forte dans une commune.

Les partis n’ont pas d’influence non plus sur l’opportunité de dire ou de cacher pour qui l'on vote. "Actuellement, il n’y a aucun parti pour lequel les gens n’osent pas dire qu’ils vont voter" déclare encore Marc Swyngedouw.