Le plan de survol adapté en vigueur dès vendredi ?

Le Secrétaire d’Etat à la Mobilité, Melchior Wathelet (CDH), a donné les instructions nécessaires pour adapter dès ce vendredi les routes de survol de Bruxelles au départ de l’aéroport de Zaventem. Belgocontrol - l’entreprise publique autonome chargée d’assurer la sécurité du trafic dans l’espace aérien dont la Belgique est responsable - est normalement obligée de suivre ces instructions. Les partis flamands de la majorité protestent et envisagent d'introduire une procédure pour conflit d'intérêts.

Le plan de répartition des routes aériennes au-dessus de la Région bruxelloise, proposé par le Secrétaire d’Etat à la Mobilité Melchior Wathelet (photo), est en vigueur depuis le mois de février. Mais il a fait l’objet de nombreuses protestations de la part de riverains bruxellois et du gouvernement bruxellois. Ce dernier a d’ailleurs lancé lundi une action en justice contre le plan de répartition des vols - le nombre d’habitants survolés par des avions serait en effet passé de 150.000 à 400.000.

A la suite de ces plaintes relatives aux nuisances sonores, Melchior Wathelet promettait mardi un plan de survol modifié, qui déplace une partie des vols vers le nord et l’est de la capitale - donc vers la périphérie flamande de la capitale.

Ce jeudi, le Secrétaire d’Etat a annoncé avoir donné les instructions nécessaires à Belgocontrol pour que le plan adapté de survol de Bruxelles entre en vigueur dès ce vendredi. Normalement, l’entreprise chargée de la sécurité dans l’espace aérien belge doit suivre ces instructions. Mais la rédaction de la VRT a appris de deux vice-Premiers ministres que Belgocontrol n’avait pas l’intention de suivre les instructions - notamment pour des raisons de sécurité.

Une procédure pour conflit d’intérêts

Entretemps, les protestations émanant de partis flamands se multiplient. Le ministre Geert Bourgeois (N-VA), compétent pour la Périphérie flamande de Bruxelles, estime que la proposition de Melchior Wathelet est inacceptable. "J’appelle tous les partis flamands pour s’accorder sur ce point, au-delà des frontières entre majorité et opposition. Nous devons trouver un accord avec les francophones au gouvernement fédéral à propos de la répartition des vols", a déclaré Bourgeois.

Les socialistes du SP.A ont alors fait savoir qu'ils exigeaient du gouvernement flamand une procédure en conflit d'intérêts contre les correctifs apportés par le Secrétaire d'Etat à la Mobilité. Pour rappel, les partis flamands représentés dans la majorité fédérale ont estimé que toute modification des routes devait faire l'objet d'une validation par le gouvernement fédéral, une version que ne partage pas la vice-Première ministre Joëlle Milquet (CDH).

En fin de matinée, le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V, photo) faisait savoir qu’il proposera vendredi au gouvernement flamand de lancer effectivement une procédure en conflit d’intérêts contre les correctifs dans le plan de survol. Tous les partis de la majorité flamande étant d’accord sur la question, la procédure devrait donc être entamée. Elle permettra de suspendre pendant 60 jours la décision de Melchior Wathelet.