Le système informatique des Affaires étrangères piraté

Le ministère des Affaires étrangères a été la cible d'une opération d'espionnage informatique le week-end dernier, rapportent les journaux L'Echo et De Tijd samedi. Cette attaque aurait été menée par la Russie dans le contexte de la crise ukrainienne.

Le Premier ministre Elio Di Rupo (PS), le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR), le ministre de la Défense Peter De Crem (CD&V) et la ministre de la Justice Annemie Turtelboom (Open VLD) ont été informés de l'attaque. Depuis lors, les réunions se succèdent afin d'évaluer la situation.

Le SPF Affaires étrangères a indiqué à L'Echo que ses systèmes avaient été touchés pendant la crise ukrainienne mais que les coupables n'ont pas encore été identifiés.

Ce n’est pas la première fois qu’un système informatique du gouvernement fédéral est la proie d’une attaque. Les Affaires étrangères ont déjà été la cible de hackers mais aussi Belgacom et même le cabinet du Premier ministre.

Le gouvernement fédéral a annoncé cette semaine que les dix millions promis à la cybersécurité du pays n'avait pas été dégagés "par manque de temps". L'annonce de cette nouvelle attaque informatique tombe particulièrement mal à un mois des élections et alors que le comité R avait déjà pointé les grosses lacunes de la Belgique en la matière.

Didier Reynders confirme

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a confirmé samedi l'introduction dans le système informatique du SPF Affaires étrangères d'un virus malin "pour copier des informations et des documents liés à la crise ukrainienne".

Le ministre des Affaires étrangères, en coordination avec le Premier ministre Elio Di Rupo, a demandé que "le service ICT du Département aidé par le SGR mène une analyse la plus précise possible de l'étendue des dégâts ainsi que de l'identité des intrus", indique-t-il dans un communiqué.

Selon lui, les conclusions de cette première phase de réaction serviront à prendre les mesures de nettoyage et de protection du réseau nécessaires.

Une plainte introduite auprès du parquet fédéral

Le Premier ministre Elio Di Rupo affirme samedi suivre "de très près", avec les autres ministres concernés et les services compétents, le dossier lié à l'intrusion d'un virus dans le système informatique des Affaires étrangères. Une plainte a été déposée auprès du parquet fédéral et l'enquête est en cours, annonce M. Di Rupo dans un communiqué.

Le Premier ministre dit aussi s'être assuré auprès du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders que "le service ICT de son département met tout en oeuvre, en collaboration avec le Service de renseignement militaire, pour analyser l'ampleur du problème, restaurer l'intégrité du système informatique concerné et renforcer la sécurité du réseau des Affaires étrangères."

Rappelant la stratégie nationale de cybersécurité, dans le cadre de laquelle 10 millions d'euros supplémentaires ont été dégagés, le Premier ministre appelle à ne pas se montrer "naïf". "Aucun investissement supplémentaire en cybersécurité n'immunise totalement les autorités publiques ou une organisation contre les attaques cybernétiques ou les activités d'espionnage", insiste-t-il. "Une vigilance constante et une réaction rapide en cas d'infraction sont également nécessaires. Tous les services et personnes qui travaillent dans notre pays sur la cybersécurité font le maximum."